Nettoyage ethnique au Québec : Que l’on prive M. William Steinberg de son poste de maire!

Lévis, le 5 avril 2019

Commission municipale du Québec

10, rue Pierre-Olivier-Chauveau, Mezzanine, aile Chauveau

Québec, (Québec) G1R 4J3

Objet : Déclarations extrêmement graves du maire de Hampstead, M. William Steinberg.

 

Madame ou Monsieur,

À propos du projet de loi 21 sur la laïcité déposé récemment à l’Assemblée nationale du Québec, le maire de la municipalité de Hampstead, M. William Steinberg, a dit, le 5 avril 2019, que le projet de loi  :

« est une tentative de faire partir ceux qui pratiquent des religions minoritaires, ne laissant que des non-croyants et des chrétiens au Québec. C’est du nettoyage ethnique – pas avec un fusil, mais avec une loi. C’est raciste et c’est ignoble. »1

« C’est raciste et méprisable », a ajouté M. Steinberg pour qualifier la volonté du gouvernement Legault de bannir les symboles religieux auprès des employés de l’État en position d’autorité.»2

Circonstance aggravante, les paroles de M. William Steinberg ont été prononcées lors d’une conférence de presse (donc devant des journalistes) à laquelle participaient, à Côte-Saint-Luc, des élus de tous les paliers de gouvernement opposés au projet de loi.

M. Simon Jolin-Barrette, ministre du gouvernement du Québec, a déclaré : « Des propos comme ceux-ci ne sont pas acceptables et des accusations comme celles-ci, elles n’ont pas leur place. »

Les affirmations du maire William Steinberg sont extrêmement graves (je laisse le soin aux experts de déterminer si M.William Steinberg a enfreint le Code criminel du Canada ou une autre loi) étant donné que « Les experts appréhendent le nettoyage ethnique comme une pratique contraire au droit international qui consiste à rendre une zone ethniquement homogène en utilisant la force ou l’intimidation pour faire disparaître de la zone en question des personnes appartenant à des groupes déterminés ».3

Je demande que la Commission municipale du Québec destitue M. William Steinberg de sa fonction de maire ou demande au gouvernement du Québec, si c’est lui qui a le pouvoir de destituer un maire, de faire les actions nécessaires pour priver M. William Steinberg de sa fonction de maire.

 

Recevez, Madame ou Monsieur, mes sentiments les meilleurs.

Roger Martel, citoyen de Lévis

 

1. Pierre Saint-Arnaud, Sidhartha Banerjee, Laïcité: le projet de loi qualifié de «nettoyage ethnique» par un élu, La Presse, 5 avril 2019, https://www.lapresse.ca/actualites/politique/201904/05/01-5221078-laicite-le-projet-de-loi-qualifie-de-nettoyage-ethnique-par-un-elu.php.

2. Projet de loi sur la laïcité: le maire de Hampstead évoque un «nettoyage ethnique», Le Journal de Montréal, https://www.journaldemontreal.com/2019/04/05/le-ministre-jolin-barrette-denonce-les-propos-inacceptables-du-maire-de-hampstead-1).

3. Émile Ouédraogo, Génocide et « nettoyage ethnique » : quelle différence en droit international pénal ? http://www.quidjustitiae.ca/blogue/genocide-et-nettoyage-ethnique-quelle-difference-en-droit-international-penal,

23 décembre 2014. M. Émile Ouédraogo est chercheur en études stratégiques et diplomatiques, Chaire Raoul-Dandurand, Université du Québec à Montréal.

Proposition pour atténuer les craintes et les peurs que des religions et des sectes suscitent. Lettre au président du Centre culturel islamique de Québec.

Lévis, le 28 février 2019

Monsieur Boufeldja Benabdallah, président

Centre culturel islamique de Québec

(gestionnaire de la Grande Mosquée de Québec et de la Mosquée Annour)

2877, chemin Sainte-Foy, Québec, G1V 1W3

Objet : Proposition pour atténuer les craintes et les peurs que des religions et des sectes suscitent

Monsieur,

Au sein de plusieurs sociétés, c’est bien connu, des religions et des sectes suscitent des craintes, et même des peurs; et ces craintes ou peurs ne sont pas toujours inexplicables. Le Canada n’est pas épargné par ce phénomène. Pour agir contre lui, je  propose la mise en oeuvre d’un moyen très simple : les Canadiennes et les Canadiens étant majoritairement très attachés à la Charte universelle des droits de l’Homme et à la Charte canadienne des droits et libertés (au Québec, la grande majorité des citoyennes et des citoyens sont aussi très attachés à la Charte des droits et libertés de la personne du Québec), il suffirait, pour faire cesser ou diminuer les craintes et les peurs, de demander aux religions et aux sectes de fixer sur un mur, dans leurs lieux de culte, une plaque portant cette inscription ou une inscription équivalente :

« Moi qui entre dans ce lieu de culte, je tiens à faire savoir,

sans rien dissimuler,

que j’adhère sincèrement et entièrement

à la Charte universelle des droits de l’Homme,

à la Charte canadienne des droits et libertés

et à la Charte des droits et libertés de la personne du Québec. »

Quel citoyen, quelle citoyenne, refuserait de faire une telle déclaration dans son lieu de culte ?

Il va de soi que la plaque devrait être placée visiblement et facile à lire.

Je vous prie, Monsieur, d’agréer l’expression de mes sentiments les meilleurs.

Roger Martel, citoyen de Lévis

Membre de l’Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec (OTTIAQ) de 1981 à 2007. Ancien employé du Bureau de la traduction du Gouvernement du Canada. Principal artisan (bénévole) de la publication de huit numéros de la revue trimestrielle de la Société d’histoire régionale de Lévis (2006-2008). Pendant douze ans (1986-1998), principal artisan (bénévole), après les élèves, du journal de l’école primaire Saint-Dominique de Lévis en qualité de père d’élèves, puis de parent d’anciens élèves. Membre fondateur de la Société québécoise d’histoire de la pharmacie. Travailleur bénévole au Tremplin Centre pour personnes immigrantes et leurs familles de 2013 à 2018. Libre d’antécédents judiciaires.

WWW.LEPASSEURDELACOTE.COM

Proposition pour atténuer les craintes et les peurs que des religions et des sectes suscitent : Lettre à la Conférence des évêques catholiques du Canada.

Lévis, le 28 février 2019

 

M. Lionel Gendron, P.S.S., évêque de Saint-Jean-Longueuil

Président de la Conférence des évêques catholiques du Canada

Diocèse de Saint-Jean-Longueuil

740, boulevard Sainte-Foy, Longueuil, J4J 1Z3

Courriel: info@dsjl.org/

 

Objet : Proposition pour atténuer les craintes et les peurs que des religions et des sectes suscitent

 

Monsieur,

Au sein de plusieurs sociétés, c’est bien connu, des religions et des sectes suscitent des craintes, et même des peurs; et ces craintes ou peurs ne sont pas toujours inexplicables. Le Canada n’est pas épargné par ce phénomène. Pour agir contre lui, je  propose la mise en oeuvre d’un moyen très simple : les Canadiennes et les Canadiens étant majoritairement très attachés à la Charte universelle des droits de l’Homme et à la Charte canadienne des droits et libertés (au Québec, la grande majorité des citoyennes et des citoyens sont aussi très attachés à la Charte des droits et libertés de la personne du Québec), il suffirait, pour faire cesser ou diminuer les craintes et les peurs, de demander aux religions et aux sectes de fixer sur un mur, dans leurs lieux de culte, une plaque portant cette inscription ou une inscription équivalente :

« Moi qui entre dans ce lieu de culte, je tiens à faire savoir,

sans rien dissimuler,

que j’adhère sincèrement et entièrement

à la Charte universelle des droits de l’Homme,

à la Charte canadienne des droits et libertés

et à la Charte des droits et libertés de la personne du Québec. »

Quel citoyen, quelle citoyenne, refuserait de faire une telle déclaration dans son lieu de culte ?

Il va de soi que la plaque devrait être placée visiblement et facile à lire.

Je vous prie, Monsieur, d’agréer l’expression de mes sentiments les meilleurs.

 

Roger Martel, citoyen de Lévis

Membre de l’Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec (OTTIAQ) de 1981 à 2007. Ancien employé du Bureau de la traduction du Gouvernement du Canada. Principal artisan (bénévole) de la publication de huit numéros de la revue trimestrielle de la Société d’histoire régionale de Lévis (2006-2008). Pendant douze ans (1986-1998), principal artisan (bénévole), après les élèves, du journal de l’école primaire Saint-Dominique de Lévis en qualité de père d’élèves, puis de parent d’anciens élèves. Membre fondateur de la Société québécoise d’histoire de la pharmacie. Travailleur bénévole au Tremplin Centre pour personnes immigrantes et leurs familles de 2013 à 2018. Libre d’antécédents judiciaires.

Tournoi international de hockey pee-wee de Québec, en février 2019, au Centre Videotron.

 

Tournoi international de hockey pee-wee de Québec

 

Centre Videotron

source : https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=61644301


 

Photos prises par Roger Martel le 21 février 2019

 

 

 

Les spectateurs

 

 

 

 

La mascotte

 

Les joueurs

 

 

 

Les joueurs travaillent fort sur la glace, d’autres jeunes pensent, comme Gustave Flaubert, que « L »aise en voyage, c’est tout! »

 

Les spectateurs ont-ils toujours les yeux rivés sur la patinoire ?

Certains distraient leur portable…

D’autres bavardent…

Beaucoup mangent…

Un tout petit nombre dégustent de la bière… 

Il y en a qui font des mots croisés ou qui lisent…


 

Dans quelques mois, cette construction abritera le marché public de Québec.


 

Pour le conseil municipal de Lévis (Québec), les mots client et citoyen désignent la même chose.

Message envoyé à l’Office québécois de la langue française le 20 février 2019 :

À deux ou trois reprises j’ai suggéré à la Ville de Lévis (au maire, Gilles Lehouillier, et aux autres élus) de cesser d’utiliser le nom clientèle pour désigner l’ensemble de ses citoyennes et citoyens, et de rebaptiser son Service à la clientèle. La Ville ne m’a jamais répondu (les magasins traitent leurs clients avec respect, eux).

Roger Martel, citoyen de Lévis

– – –

Office québécois de la langue française

Formulaire de plainte

https://www.oqlf.gouv.qc.ca/francisation/respect/plainte/formulaire_plainte.aspx

Aux musulmanes et musulmans du Québec, après la condamnation d’Alexandre Bissonnette à vivre en prison les quarante prochaines années

Aux lendemains de la condamnation d’Alexandre Bissonnette, qui, à Québec le 29 janvier 2017, a tué ou blessé de nombreux adeptes de l’islam, en plus d’endeuiller leurs proches, à vivre en prison les quarante prochaines années, la meilleure chose que l’on peut faire pour aider les musulmanes et musulmans du Québec qui trouvent la peine trop clémente est peut-être de leur rappeler cette parole de leur dieu :

« Le Seigneur dit :

« Mon châtiment atteindra qui je veux; ma miséricorde s’étend à toute chose»

(Coran, sourate VII, verset 156; traduction de Denise Masson)

 

Lire le témoignage suivant devrait aussi les aider :

(L’auteur du témoignage est le professeur Rusmir Mahmutčehajič, né en 1948, musulman, ancien doyen de la faculté de génie électrique de l’Université de Osijek (Croatie), ex-vice-président (1991-1992) du gouvernement de la Bosnie-Herzégovine, auteur de plusieurs livres scientifiques et sur la religion, en particulier de Le meurtre de la Bosnie consacré à la guerre qui, dans les années 1990, a ravagé son pays et s’est soldée par la mort de dizaines de milliers de musulmans, entre autres atrocités.)

« Plus d’un millier de leurs mosquées ont été détruites, plus de 150 000 personnes massacrées, plus de 50 000 femmes et jeunes filles violées, et plus d’un million de gens expulsés de leur maison. Les forces obscures du mal humain ont affecté tous les aspects de leur existence – d’où le danger que les souffrances subies par ces gens les radicalisent au point d’adopter le comportement des auteurs de ces crimes. L’autre option est de réaliser la vraie signification de la première image, la mosquée, et de s’y tenir en faisant face aux besoins immédiats d’affronter ce mal, de l’analyser et de l’identifier. L’image de la mosquée et la réalité des massacres offre une gamme de possibilités s’échelonnant de la plus haute – emprunter la voie verticale – à la plus basse : s’abandonner à la colère.’’

La réponse de Mahmutčehajič ? Suivre l’injonction du Coran :

« L’action bonne n’est pas semblable à la mauvaise. Repousse celle-ci par ce qui est le plus beau en bonté : tu verras alors celui qu’une inimitié séparait de toi devenir pour toi un ami chaleureux. C’est là une chose à laquelle n’atteignent que ceux qui exercent la patience, ceux qui ont reçu une faveur insigne. (Coran : 41, 34-35). »

Source : Tayeb Chouiref, Les enseignements du Coran sur la compassion, la paix et l’amour, 14 septembre 2009, https://oumma.com/les-enseignements-du-coran-sur-la-compassion-la-paix-et-lamour/

 

Tayeb Chouiref : docteur en islamologie, spécialiste de la mystique musulmane et des sciences du Hadith, auteur, traducteur.

Mahmutćehajić, Rusmir (1948-….)
Le meurtre de la Bosnie [Texte imprimé] / Rusmir Mahmutćehajić ; traduit du bosniaque par Mauricette Begić et Nicole Dizdarević. – Paris : Non lieu, DL 2008 (53-Lassay-les-Châteaux : Impr. EMD). – 1 vol. (199 p.-[20] p. de pl.) : cartes, couv. ill. ; 21 cm.
Titre original : Kriva politika : ćitanje historije i povjerenje u Bosni. – Précédemment paru sous le titre : « Une politique erronée : lecture de l’histoire et confiance en la Bosnie ».
ISBN 978-2-35270-039-5 (br.) : 18 EUR. – EAN 9782352700395.

S’empêtrer avec le 3e lien entre Lévis et Québec, 29-11-2018

Par Karine Gagnon, Journal de Québec, 29-11-2018, https://www.journaldequebec.com/2018/11/29/sempetrer-avec-le-3e-lien

À peine élu, François Legault peine déjà à justifier le projet sans queue ni tête qu’il a placé au cœur de ses priorités pour la région de Québec, celui d’un troisième lien.

[…]

Devenu premier ministre, il en a remis mercredi, dans son discours inaugural, en déclarant le plus sérieusement du monde son intention d’en faire un projet de développement durable.

On ne sait plus comment justifier un projet érigé en dogme, sans même avoir étudié le besoin ni les impacts. Après Jean-François Gosselin qui en avait fait un «attrait touristique du patrimoine», c’est le bouquet! Ça prend du toupet pour oser prétendre à un projet de développement durable avec un lien routier qui aurait pour effet pernicieux de stimuler l’utilisation de l’automobile et d’encourager l’étalement urbain. Tout cela sans pour autant réduire la congestion routière, de l’avis unanime des experts.