Les raisons commandant une réforme du mode de scrutin au Québec.

Mouvement Démocratie Nouvelle : https://www.democratienouvelle.ca/
Vidéo : https://www.facebook.com/DemocratieNouvelle/videos/1571704392843762/

Message de M. Jean-Pierre Charbonneau,

ancien ministre de la Réforme des institutions démocratiques,

vice-président et porte-parole du Mouvement Démocratie Nouvelle,

février 2018

Au nom du nouveau conseil d’administration et à titre de vice-président du Mouvement Démocratie Nouvelle, j’ai le plaisir de vous transmettre un important communiqué de presse que nous venons d’émettre pour annoncer qu’une vaste opération de mobilisation citoyenne démarre pour veiller au respect de la Déclaration commune des partis d’opposition de décembre 2016, en faveur de l’instauration d’un nouveau mode de scrutin de type proportionnel pour le choix des futures députations de l’Assemblée nationale du Québec.

Pour que cette opération se déploie avec le maximum de résonance dans l’électorat qui sera appelé aux urnes en octobre prochain, il est important que vous partagiez les publications dont les liens se trouvent plus bas ainsi que le communiqué de presse au plus grand nombre de personnes et d’organismes possibles.

Prochainement, nous mettrons en œuvre une façon de faire contresigner le texte de la Déclaration commune par les citoyennes et les citoyens eux-mêmes.

Pour cela et pour le déploiement de notre stratégie tout au long de cette année électorale qui pourrait être, si nous travaillons bien, la dernière avec le vieux mode de scrutin contre lequel nous nous battons depuis des années, il nous faut des sous! Je vous invite donc à soutenir le MDN par une contribution mensuelle, aussi modeste soit-elle, en suivant le lien ci-dessous. Je vous rappelle que toute grande cause nécessite des ressources financières pour être bien propagée et menée à terme.

Nous comptons sur votre conscience et votre responsabilité citoyennes pour répondre généreusement à cet appel.

Je vous remercie à l’avance de votre solidarité pour que Chaque voix compte!

Cordialement,

JEAN-PIERRE CHARBONNEAU


À LIRE AU https://www.democratienouvelle.ca/raisons-commandant-reforme/ :

Les raisons commandant une réforme

1 Un mode de scrutin dépassé

2 Des distorsions depuis 1867

3 Jalons historiques

4 Modes de scrutin dans le monde

Article Mode de scrutin: un collectif presse l’opposition de respecter ses promesses

http://www.lapresse.ca/actualites/politique/politique-quebecoise/201802/07/01-5153024-mode-de-scrutin-un-collectif-presse-lopposition-de-respecter-ses-promesses.php 

(Par Martin Croteau, La Presse, Mis à jour le 07 février 2018)

23 juillet 2017 : départ de Québec des voiliers du Rendez-Vous 2017 (38 photos).

Source : http://www.rdv2017.com/fr/l%C3%A9v%C3%A8nement/

UNE COURSE TRANSATLANTIQUE DANS SIX PAYS

Les rassemblements dans les villes de Québec et Lévis marqueront une pause dans une course de plus de 7 000 milles nautiques qui s’échelonnera sur près de 5 mois en 2017. Le grand départ se fera du port de Royal Greenwich en Grande-Bretagne le 13 avril, tandis que celui du Havre en France accueillera le grand vainqueur entre le 31 août et le 3 septembre. La course comporte des escales au Portugal, aux Bermudes, aux États-Unis et au Canada.

LES GRANDS VOILIERS SE RÉUNISSENT AU CANADA!

Plus de 40 grands voiliers navigueront en eaux canadiennes afin de souligner le 150e anniversaire de la Confédération canadienne en 2017. Ils s’arrêteront dans certaines villes côtières de l’Ontario, du Québec et de l’Atlantique, donnant ainsi l’occasion à des milliers de personnes de constater la majesté et la beauté de ces géants des mers.

La flotte de 40 grands voiliers, comptant plus de 3 000 membres d’équipage, se réunira pour une grande fête du 18 au 23 juillet 2017 à Québec et Lévis!

– – – – – – –

Photos prises le 23 juillet 2017. Le photographe amateur, Roger Martel, s’était installé sur la falaise de Lévis.

– – – – – – –

LECTURES POSSIBLES 

[PHOTOS] Voici les 38 grands voiliers que vous pourrez voir à Québec et Lévis

http://www.journaldequebec.com/2017/07/18/photos-voici-les-38-grands-voiliers-que-vous-pourrez-voir-a-quebec#cxrecs_s

Rendez-vous 2017: voiliers à admirer

http://www.journaldequebec.com/2017/07/15/rendez-vous-2017-voiliers-a-admirer

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le monde regorge de beautés. Il y en a beaucoup au Jardin Roger-Van den Hende, à Québec.

Jardin botanique Roger-Van den Hende

2480, boulevard Hochelaga, Québec, QC G1V 0A6

Téléphone : (418) 656-2046

jardin@fsaa.ulaval.ca

Ouvert de 8 h à 20 h

Entrée gratuite

 

Photos prises par Roger Martel le 16 juillet 2017

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Jardin universitaire Roger-Van den Hende est situé à l’angle du boulevard Hochelaga et de l’autoroute Robert-Bourassa. Il est accessible aux autocars et aux personnes à mobilité réduite.

Source : http://www.jardin.ulaval.ca/

Que vous soyez connaisseurs, amateurs ou néophytes le Jardin universitaire Roger-Van den Hende saura vous éblouir et vous initier à la culture des découvertes.

L’entrée gratuite sur le site du Jardin vous permet de profiter de cet oasis de calme tout au long de l’année. Étant tout d’abord un lieu d’enseignement et recherche, l’une des missions principales du Jardin est le transfert des connaissances. Il est donc possible de participer à plusieurs activités de formation, à des visites guidées ainsi qu’à des événements divers tout au long de l’année.

 

 

Malheur ! Les maires du Québec obtiennent plus de pouvoirs !

« LES MAIRES DU QUÉBEC OBTIENNENT PLUS DE POUVOIRS », cadeau du gouvernement de Philippe Couillard, premier ministre, et de Martin Coiteux, ministre des Affaires municipales. Lançons un concours : quelle ville va faire mieux que Lévis, septième plus « grande » ville de notre province, en matière de gestion de l’argent public ? Entre 2007 et 2016, Lévis a joué à agrandir et à moderniser son usine de production d’eau potable Desjardins; voyez certaines des affirmations qu’a faites son vérificateur général, dans un rapport d’audit, au sujet de la performance du parti politique Lévis Force 10 sous la direction de Danielle Roy-Marinelli d’abord, de Gilles Lehouillier ensuite :

Extraits de :

USINE DE PRODUCTION D’EAU POTABLE DESJARDINS

Rapport d’audit

Mars 2017

Vérificateur général de la Ville de Lévis (Yves Denis)

1 En juillet 2007, le conseil municipal de la Ville de Lévis (le conseil) autorisait le financement afin d’agrandir et de moderniser l’usine de production d’eau potable Desjardins (UPE Desjardins). Le montant du financement était justifié par les estimations financières et les hypothèses formulées en mars 2007, dans une étude d’avant-projet. L’ensemble du projet prévoyait les ouvrages requis pour accroître la capacité de traitement de l’UPE Desjardins, l’agrandissement et la modernisation du poste de pompage Saint-Laurent (poste de pompage), la construction d’une nouvelle prise d’eau au fleuve Saint-Laurent (prise d’eau) ainsi que la réalisation de divers travaux sur le réseau d’aqueduc. Toutefois, au stade d’avant-projet, cette étude n’avait pas pour objectif d’effectuer une estimation précise du coût de construction des différents ouvrages. Cette estimation était donc trop préliminaire pour étayer le coût du projet et POUR SOUTENIR LA DÉCISION DU CONSEIL D’AUTORISER DEUX EMPRUNTS TOTALISANT 54,2 MILLIONS POUR SON FINANCEMENT. (Faits saillants, page 1)

2 La construction des ouvrages a coûté environ deux fois plus que l’estimé d’avant-projet; en novembre 2016, le coût total du projet est de 100,5 millions. (page 3)

3 L’AUDIT DÉMONTRE QU’AU MOMENT D’ENTREPRENDRE CE PROJET, LA VILLE ÉTAIT MAL PRÉPARÉE POUR RÉALISER UN CHANTIER D’UNE TELLE ENVERGURE, N’AYANT NI LES RESSOURCES, NI L’EXPERTISE NÉCESSAIRES POUR ASSURER LA GOUVERNANCE D’UN PROJET SEMBLABLE. L’imprécision dans la définition, par la Ville, des besoins relatifs aux composantes des ouvrages a fait en sorte que différents acteurs ont dû revoir le projet au fur et à mesure de sa définition, rendant difficile une démonstration objective et suffisante des coûts. Cette imprécision, combinée à l’absence de ressources destinées à la gouvernance du projet, fait en sorte que celui-ci est devenu tributaire des aléas rencontrés, ENTRAÎNANT UNE AUGMENTATION SUBSTANTIELLE DES COÛTS. (Faits saillants, page 1)

4 IL ÉTAIT DONC DIFFICILE POUR LA VILLE D’EFFECTUER UNE GESTION PROACTIVE DU PROJET AVEC TOUT LE SOUCI D’ÉCONOMIE ATTENDU. Nos travaux font ressortir des conséquences majeures lors de la construction du poste de pompage. D’abord, des retards dans la construction de cet ouvrage ont fait en sorte que sans un apport additionnel en eau brute, la Ville n’a pu bénéficier pleinement de ses nouvelles installations que trois ans plus tard que prévu. Deuxièmement, la Ville a dû débourser 1,9 million pour acquérir un terrain et relocaliser une entreprise en exploitation; seulement 20 p. cent du prix de cette acquisition visait à répondre au besoin d’agrandissement du poste de pompage. Troisièmement, aux fins de l’obtention d’une aide financière, la Ville n’avait pas de données fiables sur les coûts de construction du poste de pompage, la privant ainsi d’une subvention possible de 1,9 million. Finalement, la gestion de deux lots de construction plutôt qu’un seul, tel que prévu initialement, a entraîné des dépenses supplémentaires de l’ordre de 300 000 dollars. (Faits saillants, page 1-2)

Les vérificateurs généraux des villes du Québec réclament plus d’argent pour faire leur travail correctement, mais c’est en vain : le gouvernement et les élus municipaux font la sourde oreille.

Après la Commission sur l’octroi et la gestion des contrats publics dans l’industrie de la construction (Commission Charbonneau), des « penseurs » des partis politiques provinciaux seront-ils tentés un jour de se servir des villes pour faire provision d’argent ? Les Québécoises et les Québécois, compte tenu de ce qu’ils savent du passé, sont en droit de se le demander, et d’être inquiets.

Roger Martel, 16 juin 2017

À venir :

Le ministre des Affaires municipales a-t-il une opinion au sujet des qualités de gestionnaire d’argent public de la Ville de Lévis ?

Dans les écoles du Québec, des toilettes attrayantes pour augmenter la rétention des élèves.

« Le lab-école: un mépris de la profession d’enseignant. » – Éclairons vite le ministre de l’éducation.

Source : Le Devoir, http://www.ledevoir.com/societe/education/495621/le-lab-ecole-un-mepris-de-la-profession-d-enseignant

LETTRE

Le lab-école: un mépris de la profession d’enseignant

Le Devoir, 5 avril 2017 | Gérard Lévesque

Notre sympathique ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx, a décidé d’investir dans les travaux de trois vedettes, elles aussi fort bien intentionnées, qui offrent leurs services pour repenser nos écoles et en faire des milieux modernes et stimulants de réussite scolaire. Ces vedettes du monde culinaire, sportif et architectural ont présenté leur participation particulière à ce projet à l’émission 24/60 du lundi 3 avril. Pierre Thibault, architecte, se chargera de l’environnement physique de l’école moderne et des meilleures stratégies pour construire des écoles. Pierre Lavoie, de l’éducation physique des élèves, et Ricardo Larrivée, de leur alimentation à la cafétéria des écoles. Toutes ces intentions, certes louables, sont néanmoins étrangères aux conditions favorables au développement du désir de connaître, au fondement de l’apprentissage et de la réussite scolaire. C’est comme si on croyait que la réussite de la relation amoureuse d’un couple dépend de la beauté de leur appartement, de l’apparence physique des partenaires et de la qualité de leur alimentation. Cette façon de procéder s’inscrit dans le paradigme habituel et suranné du ministère de l’Éducation, qui croit que, pour parler sainement de l’éducation des élèves, il vaut mieux s’en remettre à ceux qui y sont étrangers. Le ministre de l’Éducation serait beaucoup mieux avisé de confier la réflexion aux praticiens qui s’acharnent sur le terrain avec l’insuffisance des moyens que son gouvernement leur alloue.

– – – –

Source : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/495584/quebec-inc-la-plaie

Québec inc., la plaie

Le Devoir, Francine Pelletier, 5 avril 2017

S’il y a une vache sacrée au Québec, elle se promène en veston cravate et s’appelle Québec inc. Depuis 50 ans que nous sommes maîtres chez nous, nous avons toujours salué bien bas les entrepreneurs qui ont contribué à rapatrier notre économie et à rehausser notre estime de soi. Jusqu’à dimanche dernier, du moins, alors que 200 manifestants ont craché sur le fleuron de la Couronne, l’intouchable Bombardier. À la suite des augmentations obscènes chez ses dirigeants, la mèche est désormais plus courte face aux bonzes qui se croient tout permis.

[…]

Bien sûr, il n’y a pas que Bombardier dans cette galère. Je pense ici à Pierre Lavoie, Ricardo Larrivée et l’architecte Pierre Thibault, qui ont récemment été adoubés par le ministre de l’Éducation pour « repenser » l’école. Grande et noble mission pour « trois vedettes » qui n’ont rien à voir avec l’école proprement dite, outre des prestations hypermédiatisées à l’occasion, qui ne savent pas ce qui s’y fait (vraiment), mais qui arrivent auréolés par l’entrepreneuriat avec un grand E, le marketing à gogo, le branding tous azimuts et la page Facebook qui explose. Les attributs du Québec inc., en veux-tu, en v’là !

« Ils vont venir nous dire que ça prend des écoles mieux aménagées, ouvertes sur la nature, où on crée des espaces de collaboration. On le sait, tout ça », disait cette semaine le président de la Fédération autonome des enseignants, Sylvain Mallette, en soulignant l’insulte faite ici à tous les professionnels de l’éducation qui ont beaucoup plus d’idées sur la question, qui ont longuement réfléchi sur ce que devait être la mission de l’école, mais qui n’ont aucunement été conviés par le ministre.

On boude les véritables artisans, les vrais producteurs de contenu, au profit du béton, des infrastructures et de la poudre aux yeux.

– – – –

CONTRIBUTION DU PASSEUR DE LA CÔTE

Au lieu de gaspiller de l’agent pour orner le pont Laporte d’ampoules, de lampions, de je ne sais quoi,

qu’on cherche donc des idées pour illuminer (éclairer, si vous préférez) le ministre de l’Éducation du Québec.

Que les vedettes choisies par le ministre Sébastien Proulx n’oublient pas les toilettes!

Ça ne prend pas grand-chose pour rendre des toilettes attrayantes; le besoin d’uriner, par exemple. Mais les vedettes du ministre Proulx devraient quand même plancher fort sur la façon de faire des toilettes scolaires l’un des principaux facteurs de rétention des élèves.

Une belle porte peut faire aimer l’école.

 

Un message drôle au-dessus d’un urinoir peut tout changer. L’humour fait aimer l’école.

 

Roger Martel

Des économistes de l’Université Laval contredisent le maire de Lévis : l’existence d’un troisième pont ou d’un tunnel routier entre Lévis et Québec ne stimulerait pas l’économie.

Le 10 février 2016, dans le quotidien Le Soleil de Québec, le journaliste Jean-François Cliche répond à la question suivante : le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, dit-il vrai quand il affirme que le troisième lien (pont, tunnel…) entre sa ville et Québec serait un facteur de développement économique ?

Le 6 février 2016, le maire Lehouillier avait fait cette affirmation : « Moi, je pense que l’avenir économique de la grande région de Québec et de tout l’Est-du-Québec passe par un nouveau lien entre les deux rives. C’est un incontournable ». Il « réagissait aux propos d’un économiste, Jean-Pierre Lessard, qui laissait entendre que l’appui populaire au fameux troisième lien est artificiellement gonflé par le fait que les sondeurs n’incluent pas les coûts du projet – l’équivalent de 16 $ par passage ou de hausse de 20 % des taxes municipales pendant 25 ans, a-t-il illustré – dans leurs questions. M. Lehouillier a qualifié ces chiffres de «calculs réducteurs» trahissant un «manque d’objectivité» et a appelé à «avoir une vision d’ensemble des choses».

Jean-François Cliche a interrogé six économistes de l’Université Laval. Voici le verdict auquel il aboutit : il est :

« Clairement faux [que le troisième lien serait un moteur de développement économique]. Il fait peu de doute qu’un troisième lien allégerait (pour un temps, du moins) le trafic sur les ponts aux heures de pointe, ce qui favoriserait le développement résidentiel sur la rive sud. Mais ce sont des logements qui se construiront de toute manière, avec ou sans pont supplémentaire – ils iront juste ailleurs dans la région. Et la congestion actuelle n’est pas suffisante pour espérer que ce pont/tunnel ait un effet de désenclavement qui stimulerait l’économie. »

(J.-F. Cliche, Le troisième lien : un moteur de développement économique? Le Soleil, 10 février 2016, p. 11; http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/201702/09/01-5068148-le-troisieme-lien-un-moteur-de-developpement-economique.php)

L’évaluateur-conseil Steve Gilbert était aux côtés de M. Lehouillier quand ce dernier a fait la déclaration mentionnée ci-dessus. La journaliste Patricia Cloutier rapporte qu’il « a plaidé pour que le gouvernement ne prenne pas de décision prématurée dans ce dossier. Selon [M. Gilbert], les habitudes de vie des gens et la technologie auront «une influence énorme» au cours des prochaines années. Il cite à ce propos les horaires variables de travail et d’études, qui commencent à s’implanter, le covoiturage populaire chez les jeunes et le développement de la voiture intelligente (sans pilote). (P. Cloutier, Troisième lien: Lehouillier s’en prend aux «calculs réducteurs» d’un économiste, le Soleil, 6 février 2017, http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/la-capitale/201702/06/01-5066811-troisieme-lien-lehouillier-sen-prend-aux-calculs-reducteurs-dun-economiste.php)

Roger Martel, citoyen de Lévis

 

levis-ponts-vus-de-rue-des-eglises-charny-b

L’autoroute Jean-Lesage, le pont Pierre-Laporte et le pont de Québec vus de la rue des Églises, à Lévis (Charny). (Photo de Roger Martel, 2016)

Tournoi de hockey peewee de Québec – Février 2017

(En 1960 ) OUVERTURE DU PREMIER TOURNOI DE HOCKEY PEE-WEE DE QUÉBEC

Source : Bilan du siècle, http://www.bilan.usherb.ca/bilan/pages/evenements/1343.html

Échelonnée sur huit jours, la première édition du tournoi de hockey pee-wee de Québec connaît des débuts modestes. Au fil des ans, cette compétition accueillera les meilleures équipes du continent, permettant aux amateurs de la Vieille Capitale de voir de futures vedettes du hockey professionnel comme Guy Lafleur , Wayne Gretzky et Mario Lemieux .

Le tournoi de Québec développe même un volet international au cours des années 70 avec la participation de formations européennes et américaines. Les joutes qui se déroulent dans l’enceinte du Colisée de Québec déplacent des foules importantes et permettent à des milliers de jeunes hockeyeurs de vivre une expérience unique.

En référence: Le Soleil, 20 février 1960, p.18.

En complément: Patrice Fontaine, Dictionnaire La Presse des sports du Québec, Montréal, Libre Expression, p.301.

_________________________________________________________________

Photos prises par Roger Martel le 19 février 2017, au Centre Vidéotron

quebec-pee-wee-18-02-2017-10

quebec-pee-wee-18-02-2017-8

quebec-pee-wee-18-02-2017-22

quebec-pee-wee-18-02-2017-5

quebec-pee-wee-18-02-2017-24

Sur la patinoire, les peewees… Ailleurs, au Centre Videotron…

quebec-pee-wee-18-02-2017-32

quebec-pee-wee-18-02-2017-2

Une spectatrice tourne le dos à la patinoire. Quand elle sera un peu plus âgée, elle fera peut-être partie des joueuses : le tournoi peewee de Québec se féminise.

quebec-pee-wee-18-02-2017-14

_______________________________________________________________

LE MOT PEEWEE (PEE-WEE) UTILISÉ AU QUÉBEC

Source : Le grand dictionnaire terminologique (GDT) de l’Office québécois de la langue française, http://gdt.oqlf.gouv.qc.ca/ficheOqlf.aspx?Id_Fiche=26522569

peewee

Domaine Sport

Auteur Office québécois de la langue française, 2014

Définition Catégorie de joueurs âgés de moins de treize ans, dans une équipe de sport organisé.

Termes jugés adéquats pour désigner le concept à l’intérieur d’un domaine spécialisé, conformes au système linguistique du français ou acceptables en vertu des politiques officielles de l’Office

Termes privilégiés

peewee n. m.

Canada

benjamin n. m.

France

moskito n. m.

Suisse

Le terme peewee est un emprunt intégral à l’anglais qui est utilisé par de nombreuses organisations sportives locales et nationales et qui s’est généralisé dans l’usage au Québec et ailleurs au Canada. Les termes benjamin et moskito sont, quant à eux, uniquement employés en Europe.

Selon les rectifications de l’orthographe, le trait d’union est remplacé par la soudure dans les composés de formation onomatopéique ou dans les mots d’origine étrangère. De plus, comme tous les mots empruntés à d’autres langues, peewee suit la règle générale du singulier et du pluriel des mots français. On écrira donc : des peewees.

Au pluriel, on écrira : des moskitos.

II

Source : Gaston Dulong, Dictionnaire des canadianismes, nouvelle édition revue et augmentée, Québec, Éditions du Septentrion, 1999, p. 377. Première édition : 1989. (Dulong : ancien titulaire au département de linguistique de l’Université Laval)

PEEWEE n .m. (angl. Peewee) 1. Jouer de hockey de onze ou douze ans.Les peewees ont leur tournoi annuel international à Québec depuis 1960. 2. Hockey-peewee : hockey pour jeunes garçons de onze et douze ans.

LE MOT ANGLAIS PEEWEE

Source : A Dictionary of Canadianisms on Historical Principles, p. 554), ouvrage publié sous la direction de Walter S. Avis, Toronto, Gage, © 1991, p. 554

Peewee

  1. A player of the 8-12 age group in organized sports for boys.
  2. Lumbering an undersized log.1965 Western Wonderland April 22/1 :… the nine sorting categories [of logs]… are : hemlock, sawlogs… peewees… and lastly, boomsticks.

ÉTYMOLOGIE DU MOT PEEWEE

Source : http://www.etymonline.com/index.php?term=peewee

peewee (adj.) Look up peewee at Dictionary.com

1877, « small, tiny, for children, » a dialect word, possibly a varied reduplication of wee. Attested earlier (1848) as a noun meaning « a small marble. » (Baseball Hall-of-Famer Harold « Peewee » Reese got his nickname because he was a marbles champion before he became a Dodgers shortstop.) As a type of bird (variously applied on different continents) it is attested from 1886, imitative of a bird cry.

_________________________________________________________________

DES GRANDS ONT ÉTÉ SURNOMMÉS PEE-WEE

Pee-Wee Crayton, grand guitariste (Connie Curtis Crayton)

Pee-Wee Russel, grand clarinettiste (Charles Ellsworth Russell)

Pee-Wee Reese, grand joueur de baseball américain (Harold Henry Reese)