La liberté d’expression n’a pas de religion, affirment des responsables de lieu de culte catholiques, musulmans, juifs.

https://www.saphirnews.com/Le-pluralisme-au-service-de-nos-libertes_a20535.html

Le pluralisme au service de nos libertés

Proclamation sur la liberté d’expression

Rédigé par Reporters sans frontières (RSF) | Vendredi 13 Mars 2015

« Nul ne peut imposer sa conception du sacré à autrui. » Dans le cadre de sa campagne « La liberté d’expression n’a pas de religion », Reporters sans frontières a lancé en février une initiative nationale destinée aux responsables de lieux de culte de toutes religions afin de les inviter à signer la Proclamation sur la liberté d’expression. Ce manifeste que soutiennent Saphirnews*et Salamnews** est ici reproduit.

La liberté d’expression est garantie par la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, qui affirme que « la libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme : tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi ».

La loi française sanctionne l’injure, la diffamation et la provocation à la haine raciale, à la discrimination ou à la violence envers des personnes ou des groupes de personnes, mais non la critique des idées, des symboles et des représentations.

Elle ne reconnaît ni ne condamne le sacrilège ou le blasphème. Chacun est libre d’exprimer et de diffuser des critiques, même irrévérencieuses, envers tout système de pensée politique, philosophique ou religieux.

La liberté de conscience, qui est celle de croire, de pratiquer une religion, ou de ne pas croire, est aussi garantie par la Convention européenne des droits de l’homme et la Constitution. Elle doit naturellement s’appliquer sans discrimination.

Certains peuvent se sentir offensés ou blessés par la critique de leurs croyances, notamment sous la forme satirique. Mais la liberté d’information et d’expression, celle des journalistes comme des citoyens, ne saurait être contrainte ou limitée par les convictions ou les sensibilités des uns ou des autres.

Ce sont les conditions du respect du pacte républicain et des droits de tous dans une société démocratique pluraliste et tolérante.

Nul ne peut imposer sa conception du sacré à autrui.

Représentants des organisations religieuses soutenant l’initiative

Dalil Boubakeur, recteur de la Grande Mosquée de Paris, François Clavairoly, président de la Fédération protestante de France, Marie-Stella Boussemart, présidente de l’Union bouddhiste de France

Signataires

Foudil Benabadji, aumônier des prisons et des hôpitaux en Savoie, Joëlle Wetzstein, pasteure de l’Eglise Protestante Unie de France à Bagnols sur Cèze, Mohamed-Ali Bouharb, directeur de l’aumônerie musulmane française de l’armée de terre, Ali Jarroudi, président de la Grande Mosquée de Strasbourg, Mohamed Moussaoui, imam de la Grande Mosquée de Strasbourg, Cheikh Dhaou Meskine, Secrétaire général du Conseil des imams de France, Carine Frank, pasteur de la paroisse protestante de Montbéliard, Eglise Protestante Unie de France, Marcel Mbenga, pasteur aux temples de Chalon-Sur-Saône et Sornay, Eglise Protestante Unie de France, Stéphane Hervé, pasteur délégué pour l’œcuménisme en Région Parisienne, Eglise Protestante Unie de France, Corinne Scheele, pasteur de la paroisse protestante du Mont-Bart, Eglise Protestante Unie de France, Cheikh Khaled Bentounès, guide spirituel de la confrérie soufie Alâwiyya et fondateur des Scouts Musulmans de France, Larbi Kechat, recteur de la mosquée Adda’wa et directeur du Centre socio-culturel de Paris, Mohamed Bechari, président de la Fédération Nationale des Musulmans de France, Haidari Nassurdine, ancien imam et délégué du Conseil Représentatif des Associations Noires de France en région PACA, Tareq Oubrou, penseur musulman et grand imam de Bordeaux, Jonas Jacquelin, rabbin, Union libérale israélite de France, Philippe Haddad, rabbin, Union libérale israélite de France, Jean-François Bensahel, président de l’Union libérale israélite de France, Serge Herrbrech, président de l’Union d’assemblées protestantes en mission (UAPM), Marc Konczaty, président du Mouvement juif libéral de France, Yann Boissière, rabbin, Mouvement juif libéral de France, Delphine Horvilleur, rabbine, Mouvement juif libéral de France, Abdelali Mamoun, imam à Alfortville, Val-de-Marne, Roland Kauffmann, pasteur de l’Église protestante d’Alsace et de Lorraine au temple Saint-Étienne de Mulhouse, Vincent Scheffels, curé de la paroisse de Nanterre Nord, Jean-Jacques Bonsirven, pasteur, président de la Commission de l’aumônerie des Etablissements sanitaires et médico-sociaux de la Fédération Protestante de France, Guy Gilbert, prêtre et éducateur

Comité de soutien

Dany Nocquet, Doyen de la faculté de théologie de Montpellier, Huê Trinh Nguyen, rédactrice en chef du mensuel des cultures musulmanes Salamnews, Jean-Louis Bianco, président de l’Observatoire de la laïcité, Hanan Ben Rhouma, rédactrice en chef du site d’information sur le fait musulman Saphirnews.com, Jean-Paul Delevoye, président du Conseil économique, social et environnemental, Christine Lazerges, présidente de la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH), Farid Abdelkrim, auteur et comédien, Elisabeth Badinter, essayiste, Robert Badinter, avocat et ancien Garde des Sceaux, Saïd Branine, responsable du site d’information Oumma.com, Abdennour Bidar, islamologue, Ghaleb Bencheikh, islamologue, président de Religions pour la Paix-France, Fethi Benslama, islamologue, Malek Chebel, anthropologue des religions, Cynthia Fleury, philosophe, Eric Geoffroy, islamologue et professeur d’université, Jacques Julliard, historien et journaliste, Philippe Labro, journaliste, Henri Leclerc, avocat, vice-président de la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH), Richard Malka, avocat, Pierre-Emmanuel Moog, anthropologue et politologue, Philippe Portier, historien et sociologue des religions, Alain Touraine, sociologue, Catherine Teitgen-Colly, vice-présidente de la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH), Cédric Villani, mathématicien…

Je suis responsable d’un lieu de culte, je veux signer. Reporters sans frontières met en place un dispositif d’authentification permettant de vérifier l’identité des responsables de lieux de culte souhaitant signer la proclamation. La copie d’une pièce d’identité pourra vous être demandée. Pour plus d’information et/ou pour devenir signataire, cliquez ici

* Saphirnews –

( L’auteure parle du site Saphirnews.com. ) « … ma lecture des principaux sites musulmans d’information me menait à considérer sa ligne éditoriale comme nettement plus pluraliste que l’orientation générale de l’UOIF [Union des organisations islamiques de France]. Il y distribuait son mensuel papier Salamnews dans lequel les femmes photographiées sont rarement voilées et dont la lecture de dossiers tels que « Tout est bon dans le cochon », avec un focus sur le réfrigérateur des couples mixtes, agrémentait les temps indéterminés d’attente à l’entrée du hall de conférences. Une investigation plus poussée a confirmé la pertinence de ce choix comme révélateur de la diversité intra-musulmane et comme analyseur d’un mode de fabrication du commun à partir du particulier. »

(Anne-Sophie Lamine, Média minoritaire, diversité intra religieuse et espace public. Analyse du site Saphirnews.com, dans la revue Sociologie, 2015/2 (Vol. 6). Madame Lamine est professeure de sociologie à l’Université de Strasbourg.)

** Salamnews

« Depuis 2008, Salamnews le « premier mensuel gratuit des cultures musulmanes » est distribué dans les commerces, les universités, sur les marchés. « 

( Stéphanie Le Bars dans le quotidien français Le Monde, 08 août 2011, Le Monde, https://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2011/08/08/salamnews-mensuel-des-cultures-musulmanes_1557270_3236.html)

Islam – Supplique d’une femme à Dieu

EXTRAITS

ISLAM

Ahmed Abdouni, Supplique d’une femme à Dieu, Revue Le Monde des religions, 29/04/2014, http://www.lemondedesreligions.fr/savoir/supplique-d-une-femme-a-dieu-29-04-2014-3880_110.php

Le Monde des Religions est un bimestriel édité par Malesherbes Publications. Il appartient au Groupe Le Monde qui édite notamment le très prestigieux quotidien Le Monde

Par une longue nuit d’hiver, une femme dans sa solitude se tourmenta, jusqu’à l’aube, à se questionner à propos de certains versets du Saint Coran qu’elle a lus après qu’elle eut fini la dernière prière de la journée. Elle les récita autant de fois que la patience, suscitée en elle par sa foi, l’eut permis. [] Rien n’y fit. Son effort resta désespérément vain. Sa soif de connaissance et surtout de conviction ne fut guère assouvie. Pire, elle s’est accrue. [] il lui restait un dernier recours, l’ultime même : pourquoi ne pas s’adresser à la source de la vérité absolue, universelle et éternelle ? Vous l’avez bien compris. Elle s’adressa à Dieu. Au Seigneur créateur du monde et de l’homme qui y fait la loi en se prévalant de sa proximité de Dieu. Sa supplique porta sur son statut par rapport à l’homme, avec lequel, bien évidemment, elle partage la même origine. En voilà au moins une vérité incontestable.

C’est en ces termes qu’elle formula sa supplique au Seigneur des mondes : « Seigneur, par ta volonté la création est une réalité et j’en suis une infime partie, sans que cela diminue pour autant mon importance auprès de Toi. [] Je suis soumise à Ta volonté et à Ta loi de bon gré ou contrariée. [] Tu T’es interdit la moindre injustice. Et Tu confirmes que Tu n’es point injuste à l’égard de Tes serviteurs. Imbue jusqu’au profond de mon âme de Ta justice et de la faiblesse de mes capacités intellectuelles de sonder Tes desseins impénétrables, je n’ai pu me résoudre, par ignorance sûrement, cependant absolument pas par ingratitude vis-à-vis de Tes bienfaits, à comprendre ni accepter l’interprétation que nos exégètes donnent de Ta parole sacrée à mon sujet. Mes aïeules maternelles furent sauvées par Ton miséricordieux message islamique.

Il leur donna la dignité dont elles étaient totalement et complètement dépossédées. Même une chamelle avait plus de valeurs auprès de l’homme que les femmes qu’il s’appropriait, et que rien ne protégeait de l’injustice immonde qui les frappait. La femme à cette époque obscurantiste n’avait même pas la propriété de son âme. [] l’homme disposait de la femme comme on disposait d’un objet. Dès que cette capacité lui était enlevée par les vicissitudes du temps [] elle était jetée ou dirais-je annihilée comme si elle n’existait plus. [] Par Ta providence, cette injustice, révoltante selon nos conceptions actuelles, cependant traduisant un comportement tout à fait dans les normes de la société préislamique, fut corrigée. []

Il m’arrive de lire et relire les versets qui définissent le statut de la femme et comme Tu le sais, Seigneur, il m’arrive de me questionner à propos de certains de ces versets. []

[]

Seigneur, j’ai frappé à plusieurs portes en quête de plus de vérité que ne le permette ma raison, la réponse des exégètes anciens comme celle des contemporains est invariable. Les seconds ont abdiqué aux premiers leur liberté et leurs pensées, ils ne pensent plus que par ceux qu’ils appellent les “Salafs” (les anciens ou ancêtres). Ils vivent le présent par leur corps, et leur esprit s’accroche aux réalités passées, lointaines et révolues.

[]

Seigneur, Tu sais que je ne suis versée dans aucune science et encore moins en savoir religieux ; néanmoins, je n’ai pas manqué de m’instruire autant que ma condition de femme me l’a permis, enfreignant en cela tout le dispositif social et culturel qui barricadait le statut de mes ainées et les réduisaient à peu de choses près à être les servantes obéissantes du père et des frères avant qu’on leur trouvât époux qui prenait nécessairement la relève. Je me souviens, toute petite fille encore, à l’occasion d’une aide que je lui prodiguais et ce fut souvent le cas, ma mère me serinait les tenants et aboutissants pour mieux les graver en moi, de ce statut qu’elle me disait avoir été fixé par Toi Seigneur. “Ce sont les prescriptions de notre Seigneur”, me répétait-elle comme réponse à toute question ou dénonciation craintive et hésitante que j’osais opposer à cette condition injuste que l’on imposait aux femmes et aux petites filles. [] Ce qui me trouble, Seigneur, ce sont quelques versets de Ta parole sacrée, qui traitent directement de nos droits, nous les femmes. Notamment ceux qui comportent des lois concernant l’héritage, le témoignage, le statut hiérarchique de l’épouse eu égard à son époux. Seigneur, exception faite des dérogations que Tu lui as spécifiquement accordées et qui s’expliquent par sa condition physiologique, Tu as mis la femme sur un pied d’égalité avec l’homme, en matière de cultes, rites et autres devoirs religieux qui Te sont rendus, alors que pour les choses de la vie terrestre, elle n’a droit qu’à la moitié des droits que se revendique l’homme. C’est ainsi qu’on me dit que par Ta volonté, ma part à l’héritage n’est que la moitié de celle de l’homme, que pour que je sois crédible lors d’un témoignage, il faut que nous soyons deux femmes pour valoir le témoignage d’un seul homme; parce que paraît-il, j’ai une mémoire défaillante et suis facilement influençable car je maîtrise moins que l’homme mes passions. Bref, je ne vaux que la moitié de l’homme. Mon statut auprès de mon époux n’est guère reluisant. Il peut, en effet, se prévaloir du droit que Tu lui aurais accordé de m’obliger à le partager avec trois autres coépouses.

Quand je me plains de cette injustice auprès des hommes, ils me répondent que c’est Ta loi Seigneur et Ta volonté. Quand je leur réplique que c’est leur interprétation, ils me clouent au pilori en m’accusant de vouloir changer Ta loi car Ta parole, croient-ils avec entêtement, est claire, limpide et ne nécessite aucune interprétation. Tout leur argumentaire se résume en leur crédo : “point d’interprétation quand le texte est franc”. Alors, je me trouve contrainte de me défendre en me prévalant de ce que Ta vérité éternelle est que Tu es juste et que la condition qui m’est faite est loin d’être considérée comme juste. Ce à quoi ils répondent que Tes voies sont impénétrables et que derrière cette injustice apparente, erronée et trompeuse, il y a une sagesse et une justice que Toi seul connaît. Mais, Seigneur, comment puis-je me convaincre alors que je ne peux juger que par mon entendement mes rapports avec mes semblables ? Tu insistes, Seigneur, sur l’établissement de la justice sur terre et Tu commandes à l’homme de la chercher et de la pratiquer par tous les moyens et même au dépens de soi-même. N’est-ce pas là une vérité éternelle, donc qui ne souffre aucune exception, sous peine de tomber dans l’erreur ?

Seigneur, je médite souvent les versets du Saint Coran, dont l’un abroge l’autre dans la sourate Al bakara (la vache). []

Seigneur, rien, ni dans les cieux ni sur terre, ne T’aurait empêché d’appliquer la première loi et donc de n’accorder la moindre attention à l’état d’âme dans lequel elle mit les croyants. Cependant, étant miséricordieux, bienveillant à l’égard de Tes serviteurs, Tu as entendu leur cri de détresse psychologique et Tu as changé le difficile par ce qui est le plus léger, le plus supportable pour l’homme en tenant compte de la faiblesse de sa nature.

Seigneur, les exemples d’abrogation de versets pour une raison ou une autre, mais toutes se rapportant à l’homme et ses capacités d’honorer son engagement envers Toi, abondent dans Ta parole sacrée que Tu as révélée. Il y eut même l’exemple de sourates que Tu as complètement effacées de la mémoire des croyants. C’est là quelques exemples qui attestent pertinemment de la nature non éternelle de certaines de Tes lois et commandements. Je me demande, Seigneur, s’il ne serait pas là un exemple et un modèle de conduite pour les croyants que l’évolution, ce principe de la vie qui est une vérité éternelle, a contraint à subir des changements inéluctables et inévitables. Non que nous nous autorisions à changer Ta parole sacrée, Tes commandements et Tes lois ou de supprimer des versets, mais tout simplement de chercher à trouver un consensus conforme à Ta parole sacrée, une interprétation dirais-je, qui ne soit sclérosée, qui évite la fracture qui devient de plus en plus béante dans l’âme du croyant ; lequel ne sait plus s’il faut suivre sa raison, produit de l’évolution à laquelle il est soumis ou se soumettre à des lois appartenant à un passé, qui, certes, obéissait à une raison, mais qui n’en est plus une. La schizophrénie est devenue notre mode de vie, elle est devenue notre quotidien. Seigneur, l’homme qui m’est soumis, que ce soit à l’université pour apprendre, à l’hôpital pour se faire soigner, dans l’entreprise pour gagner sa vie, à l’administration par l’autorité civile qui m’est conférée, sur le chantier parce que je suis l’architecte et dans bien d’autres domaines et secteurs où il puise ses connaissances des miennes et où il contribue à la gestion de la vie sous mon autorité et ma conduite, face à cet homme, Seigneur, je ne compte que pour la moitié quand il s’agit d’hériter, de témoigner et il se permet de disposer de moi en m’imposant d’être l’une de ses quatre épouses. Tout cela serait conforme à Ta volonté. Qu’elle soit faite si c’est vraiment Ta volonté. Toutefois, je doute fort qu’il s’agisse de Ta volonté, car Tu T’es interdit d’être injuste et la condition que l’on me fait est, au regard de ma raison, une injustice aberrante. Aucun doute que ce statut de la femme fut Ta volonté. Mais comme Ta volonté accompagne le développement des capacités de l’entendement humain, s’il était possible que nous recevions, par Ta grâce, une révélation, Tu nous dirais autre chose, je ne sais laquelle, mais je suis certaine qu’elle serait conforme aux exigences de notre époque.

Il y a bien des sourates dans Ta parole, Seigneur, qui ont une portée seulement historique et donc elles revêtent un caractère informatif [] Qui peut prétendre s’en inspirer au quotidien ? Et ces versets abrogés, ils continuent à être récités et médités et ils le resteront jusqu’à ce que Ta volonté de mettre fin à ce bas monde s’accomplisse. Mêmes certains versets qui constituèrent pendant des siècles des commandements très suivis dans la oumma (communauté) islamique et qui avaient régi les relations entre les croyants, ne sont plus et ne peuvent plus, en aucune manière, être en vigueur. Ils sont, si j’ose m’exprimer de la sorte, tombés en désuétude. C’est le cas des lois qui régissent l’esclavage que Tu entérines dans Ta parole sacrée en tant que réalité anthropologique et sociale de l’époque de la révélation. En effet, l’esclavage fut toléré en tant qu’institution et instrument de gestion des relations entre les croyants (4). De tout cela, Seigneur, je tire la conclusion qu’un consensus pourrait être trouvé, sous l’autorité de qui de droit, pour harmoniser les pans spirituel et temporel de la vie d’un croyant au XXIe siècle.

[]

(4) L’affranchissement d’un esclave fut un moyen de réparation de certains péchés et fautes graves que ce soit à l’égard de Dieu ou à l’endroit des autres croyants. À titre d’exemple, l’homicide involontaire ou accidentel ou la non observance volontaire d’un jour de jeune du mois de Ramadan pouvaient, entre autres, être réparés par l’affranchissement d’un ou d’une esclave.

Arabe et musulmane, elle présente ses excuses pour les sanglants attentats commis par des musulmans.

Courrier international, https://www.courrierinternational.com/article/attentats-moi-arabe-et-musulmane-je-presente-mes-excuses

Attentats. Moi, arabe et musulmane, je présente mes excuses.

SHAFFAF – PARIS

Publié le 10/11/2016 

En avril dernier, la journaliste et présentatrice saoudienne Nadine Al-Bdear implorait le pardon des victimes pour tous les massacres commis au nom de l’islam. Un texte publié dans notre hors-série Les libres penseurs de l’islam.

On m’a beaucoup reproché au Moyen-Orient d’avoir présenté mes excuses à l’humanité pour les sanglants attentats commis par des musulmans. []

Mes détracteurs, je vous connais. Vous vous dédouanez de tout reproche en invoquant tout ce qu’on peut reprocher à l’Occident. Vous justifiez vos turpitudes en pointant les turpitudes du monde civilisé. Par contre, l’égalité, la justice, la compassion qui y existent, vous ne les voyez pas. Vous n’y voyez que ce qui ne va pas, pour minimiser ce qui ne va pas chez vous-mêmes.

[]

Voici le texte de mon article “Moi, arabe et musulmane, les excuses que je présente au monde”. Ces excuses, je les ferai probablement encore. Cela m’enlève un poids, celui des cris de détresse de ceux qui ont été victimes de notre barbarie. J’ajoute des excuses particulières pour les larmes des Belges après qu’une trentaine de personnes sont mortes et des centaines ont été blessées [le 22 mars 2016]. []

Mille excuses aussi aux Afghans pour les attentats de Kaboul, pour le sort infligé aux femmes afghanes, pour les horreurs des années 1980. Des excuses sans bornes aux Pakistanais, pour l’attentat de Lahore [27 mars 2016] qui a fait au moins 70 morts et des centaines de blessés. C’est nous qui avons produit les talibans, et c’est nous qui refusons jusqu’à présent de renier cet héritage insidieux.

Des excuses aussi à chaque chrétien [d’Orient] qui a pris la décision d’émigrer. [] Mais ce sont des hommes et des femmes qui n’en peuvent plus de ne pas être respectés, d’avoir peur pour leurs enfants et de vivre dans un environnement qui n’a cure des humiliations qu’ils subissent.

Je veux que le monde sache que je ne suis pour rien dans notre manie de dénigrer les religions des autres”

[] Que je n’y suis pour rien dans les accusations adressées aux juifs et aux chrétiens et les théories selon lesquelles ils auraient falsifié la Bible. Je n’y suis pour rien dans la négation du bouddhisme, du zoroastrisme, de l’hindouisme, du confucianisme… ni dans notre manie de dénigrer les religions des autres et de décortiquer leurs dogmes, alors même que ceux qui s’en prennent à nos propres figures religieuses se font égorger.

[]

Celui qui tient la barre chez nous, c’est celui qui instille l’élixir de la mort et qui empoisonne les cervelles des jeunes hommes. Ils rêvent de céder à la tentation du péché et finissent par croire que la mort est le passage obligé pour un coït sans fin. Des peuples qui appellent à tuer leurs intellectuels, ce sont des peuples qui tuent le rêve.

Mes excuses au Moyen-Orient, que nous avons transformé en enfer. Nous en avons effacé le passé de milliers d’années d’empires, d’arts et de patrimoine. [] Je présente mes excuses pour la mort de centaines de fidèles à La Mecque en 1979. Je m’excuse pour les explosions dans un immeuble à Khobar, dans l’Est saoudien en 1996. Pour chaque chiite tué dans la mosquée de Qatif [en Arabie Saoudite]. Pour les morts dans l’explosion à l’ambassade américaine de Beyrouth en 1983. Pour avoir défiguré Bali [en 2002].

Pardon à l’Afrique, continent ravagé, pauvre et misérable. Pardon pour les morts du Cameroun, du Tchad, du Nigeria… Pardon pour la prise d’otages de 276 élèves nigérianes, mariées de force ou réduites à l’état d’esclaves sexuelles [par l’organisation islamiste Boko Haram en 2014]. Pardon pour celles qu’on oblige à porter le voile. Pas de place pour la féminité dans la grammaire terroriste. Pardon pour l’assassinat de centaines de personnes dans les attentats contre les ambassades de Nairobi, au Kenya, et de Dar es-Salaam, en Tanzanie, en 1998.

Pardon pour Paris, New York, Madrid, Stockholm, Londres…”

Pardon aux familles des 21 coptes assassinés en Libye [février 2015]. Pardon pour la mort de 20 fidèles lors de la prière dans l’attentat du Pakistan. Pardon à la France, pays des Lumières. Que Dieu ait en sa miséricorde les âmes de ces Français fauchés en novembre 2015. Pardon aux Américains. Nous n’avons pas compris votre culture, alors nous l’avons infiltrée pour faire près de 3 000 morts lors des attentats du 11 septembre 2001. Pardon pour la mort de 39 touristes sur une plage tunisienne [à Sousse en 2015]. Pardon pour la mort des dizaines de fidèles dans une mosquée du Koweït [juin 2015]. Pardon pour l’assassinat des bonnes sœurs au Yémen [5 mars 2016], dont le seul tort était de soigner des personnes âgées.

Pardon à la Russie, pays d’art et de littérature, dont nous avons fait exploser un avion [31 octobre 2015]. Pardon au théâtre de Moscou où a eu lieu l’attaque de terroristes tchétchènes en 2002. Pardon pour les centaines de morts à Madrid en 2004. Pour les attentats de Stockholm en 2010. Pour ceux de Londres en 2005, pour ceux de Bulgarie, du Caire, d’Istanbul…

Des excuses à tous les Libanais, à toutes les victimes des crispations confessionnelles depuis des dizaines d’années. Pardon, cher Occident. Nous avons tué vos photographes, vos journalistes, vos orientalistes. Faut-il prolonger la liste ? Je pense que j’ai dépassé le nombre de signes autorisés. Et je sais aussi que je n’arriverai pas à énumérer la totalité de nos massacres.

Le chemin du paradis est maculé de sang. []

Nadine Al-Bdear

  • SOURCE : SHAFFAF Paris http://www.metransparent.com – “Transparence” est un site d’information arabe créé en 2006. Il publie des articles reflétant un point de vue libéral et propose également des rubriques en anglais et en français.

QUI EST COURRIER INTERNATIONAL ?

Courrier international appartient au même groupe que des publications aussi réputées que le quotidien Le Monde et le mensuel Le Monde diplomatique, publiés en France.

« Courrier international est un hebdomadaire d’actualité créé en novembre 1990 qui propose à ses lecteurs une sélection du meilleur de la presse étrangère, traduit en français. Le contenu du journal et de son site Internet proviennent de plus de 1 500 sources du monde entier : du mensuel américain Wired au quotidien chinois Huanqiu Shibao en passant par le pure player libanais Raseef22. Qu’il s’agisse de sites, journaux, blogs, à temporalité quotidienne, hebdomadaire ou mensuelle, Courrier international sélectionne des sujets politiques, économiques, sociétaux mais aussi culturels, en restant à l’affût des nouvelles tendances.

« Grâce à l’apport de « la plus grande rédaction du monde », Courrier international suit l’actualité française et étrangère, cherche à l’anticiper et offre à ses lecteurs, par la confrontation des points de vue, une ouverture pertinente sur la complexité et la diversité du monde.

(https://www.courrierinternational.com/page/qui-sommes-nous)

 


Islamophobie : l’intimidation de la population à propos d’une croyance religieuse fait le jeu de ses fidèles les plus sectaires.

Rassemblez des gens, envoyez-les crier dans les rues de Québec et de Montréal que les Québécois bafouent les droits des musulmans et qu’ils briment la liberté des musulmans, et vous réussirez à jeter des jeunes et des moins jeunes dans les bras des djihadistes ou des terroristes, même si votre cri est mensonger.

Tout un chacun a le droit de critiquer l’islam, le christianisme, le judaïsme, le Parti Républicain de Donald Trump, mère Teresa, le roi Pelé, le maire de sa ville, et de dire qu’il aime plus la Fanfare de Saint-Tite que celle de Maubeuge…

« … la religion n’est pas une personne et encore moins une race. Nous devrions pouvoir sans crainte, dans un pays libre, l’examiner, la critiquer, la dénoncer si besoin, la tourner en dérision et même l’insulter : aboli en France dès la Révolution, le blasphème est un droit démocratique élémentaire, constitutif et inséparable de la liberté d’expression, garanti par la Déclaration universelle des droits de l’homme et du citoyen de 1789. Vouloir intimider ou museler la population à propos d’une croyance religieuse, c’est faire le jeu de ses fidèles les plus sectaires et orthodoxes, au détriment de ceux et celles qui ont une pratique du culte beaucoup plus libérale. C’est aussi nous dire que l’héritage des Lumières mérite d’être abandonné. Si nous étions au XVIIIe siècle, les mêmes auraient cloué Voltaire, qui dénonçait l’intolérance religieuse et les crimes commis en son nom, au pilori. »

Alban Ketelbuters, Le concept d’islamophobie nous ramène deux siècles et demi en arrière, Le Monde des religions, 13/11/2019, http://www.lemondedesreligions.fr/une/le-concept-d-islamophobie-nous-ramene-deux-siecles-et-demi-en-arriere-13-11-2019-8375_115.php

( Alban Ketelbuters est coauteur de l’essai L’islamophobie (Dialogue Nord-Sud, 2016. De 2012 à 2017, il a publié des textes engagés relatifs à l’égalité des sexes, l’homosexualité et la laïcité, notamment dans Le Monde, Libération, Marianne, L’Humanité ou Le Devoir. Titulaire d’un master « Lettres, Arts et Pensée contemporaine » de l’Université Paris-Diderot – Paris VII, il prépare actuellement un doctorat en littérature et études féministes. – Source : Le Monde des religions, 13/11/2019 )

Pour Alban Ketelbuters*, l’intimidation de la population à propos d’une croyance religieuse fait le jeu de ses fidèles les plus sectaires.

Un mot et une réalité qu’il faut absolument connaître aujourd’hui : ORTHOPRAXIE.

Dans le numéro du 20 septembre 2019 de la revue française Le Point, l’analyste politique Jérôme Fourquet, directeur du département opinion et stratégies d’entreprise de l’institut de sondages IFOP, livre les enseignements de l’enquête Ifop pour Le Point et la Fondation Jean-Jaurès sur les musulmans en France. Jérôme Fourquet est l’auteur de L’archipel français : naissance d’une nation multiple et divisée * (Seuil, 2019).

Quels sont les principaux enseignements de votre grande enquête?

« Le premier enseignement réside dans la puissance de l’orthopraxie, qui se renforce au fil du temps, notamment auprès des jeunes générations. L’orthopraxie désigne la capacité d’une religion à fixer des règles comportementales concernant la vie quotidienne et le fait que le public de croyants se conforme aux injonctions de la religion à laquelle il est rattaché spirituellement et culturellement. L’islam en comporte un certain nombre et son empreinte sur la vie quotidienne a gagné du terrain. En 1989, beaucoup ont cru à une crise d’adolescence et qu’il suffisait d’être patient. S’opposant à l’exclusion des collégiennes voilées de Creil, SOS Racisme estimait que « le jean finira[it] par l’emporter sur le tchador ». Avec trente ans de recul, et alors que les jeunes qui avaient 15 ans à l’époque en ont aujourd’hui 45, on voit que l’empreinte de la religion sur cette population ne s’est pas effacée, bien au contraire. »

– – – – – –

* « Analyste politique, expert en géographie électorale, l’auteur souligne la fragmentation sociale actuelle de la France, montrant combien s’est affaibli le socle commun des références et des valeurs dans le pays. Entre sécession des élites, autonomisation des catégories populaires, instauration d’une société multiculturelle, un bouleversement anthropologique est à l’oeuvre.

https://www.franceculture.fr/oeuvre/larchipel-francais-naissance-dune-nation-multiple-et-divisee

L’islam inquiète, il fait peur même.

Page en construction

L’ISLAM INQUIÈTE,

IL FAIT PEUR MÊME.

Texte de Tariq Ramadan, professeur d’études islamiques contemporaines à l’université d’Oxford.

Pas un jour sans que l’on ne parle de l’islam, des musulmans, de la violence ou de l’extrémisme. Tout se passe comme si le monde, et non seulement l’Occident, avait un problème avec les musulmans et l’islam. Qu’il s’agisse des régimes politiques, des traits culturels ou des relations entre musulmans (sunnites, chiites et entre les courants de pensées), force est de constater des absences de liberté, un patriarcat prédominant, des divisions, des tensions, des guerres. Les sociétés majoritairement musulmanes sont en crise.

En Occident, le paysage n’est pas plus rose : la « question de l’islam » est partout. De la religion à la laïcité, de la citoyenneté à l’immigration, de l’intégration au multiculturalisme, de la marginalité à la violence, tout semble corroborer cette impression négative.

Tariq Ramadan, De l’islam et des musulmans. Réflexions sur l’homme, la réforme, la guerre et l’Occident, Paris, Éditions Archipoche, © 2016, p. 7. – © Presses du Châtelet, 2014)

[Présentation de Tariq Ramadan par son éditeur : « Tariq Ramadan est professeur d’études islamiques contemporaines à l’université d’Oxford et directeur du Centre de recherches sur la législation islamique et l’éthique. Parmi ses nombreux ouvrages : Islam, la réforme radicale, Mon intime conviction, L’Islam le réveil arabe, Introduction à l’éthique islamique, Le Génie de l’islam (Presses du Châtelet, 2008 à 2016)]


IMAGE

42 % des Français voient l’islam comme une menace, et 68 % estiment que les musulmans ne sont pas bien intégrés dans la société.

(« Islam et intégration, le constat d’échec francoallemand », Le Monde, 4 janvier 2011, selon un sondage Ifop).

74 % pensent que l’islam « n’est pas compatible avec les valeurs de la société française »

(« France 2013, les nouvelles fractures », sondage Ipsos – Le Monde – Fondation Jean-Jaurès – Cevipof, janvier 2013).


Pourquoi avons-nous peur de l’islam ? Les chiffres sont éloquents :

pour près de la moitié d’entre nous,

l’islam apparaît comme une menace.

Pour la grande majorité,

il se révèle incompatible avec les valeurs de la société française.

Incompréhension, peurs, malentendus…

(Revue Psychologies, https://www.psychologies.com/Planete/Societe/L-actu-decryptee/Articles-et-dossiers/Pourquoi-avons-nous-peur-de-l-islam/7Et-le-salafisme)


ANKYLOSEMENT DE L’ISLAM. Texte de Djemila Benhabib.

En s’affranchissant de la tutelle de l’Église, l’Europe a vertigineusement progressé et on peut espérer que ce progrès sera irréversible.

Malheureusement, on ne peut pas en dire autant pour le monde musulman. La civilisation arabo-musulmane, après avoir rayonné intellectuellement, de l’Inde à l’Espagne, par ses sciences et sa philosophie – en témoignent les nombreux savants de l’époque et leurs brillantes recherches dans des domaines aussi variés que les mathématiques, l’optique, la chimie, la médecine, l’astronomie et la philosophie -, vit un déclin profond depuis le XIIe siècle. Cet ankylosement, même s’il est attribuable à de nombreux facteurs, porte en lui la contradiction principale entre la foi et la raison. Abdelwahab Meddeb, écrivain et poète tunisien, considère que l’islam porte en lui les germes de sa maladie : « Aucune religion n’est dénuée d’intolérance. Si le fanatisme fut la maladie du catholicisme, si le nazisme fut la maladie de l’Allemagne, il est sûr que l’intégrisme est la maladie de l’Islam », affirme-t-il. Instrumentalisé dans un projet politique, l’islam est pris en otage par les tenants d’une orthodoxie réactionnaire ayant pour idéologue Ibn Taymiya, théologien du XIIIe siècle, et se manifeste avec une violence inouïe à l’égard de toute réforme le concernant.

(Djemila Benhabib *, Ma vie à contre-Coran, Une femme témoigne sur les islamistes, Montréal, VLB Éditeur, © 2009, p. 36-37)

* Djemila Benhabib détient une maîtrise ès arts en sciences politiques et droit international.


La cristallisation des peurs sur l’islam, pour justifiée qu’elle soit, notamment par les violences commises, ainsi que par une attitude jugée contraire au modus vivendi laïque (prosélytisme), est un fait. Elle traduit une inquiétude de part et d’autre, c’est-à-dire tant du côté des catholiques que du côté des « sans religion ». Nous savons bien comment elle s’exprime : « puisque les religions conduisent à se battre, chacun pour son dieu, l’entente ne peut pas venir de la religion. Il vaut mieux abandonner toute religion pour avoir les conditions d’une paix sociale »

(Surmonter la peur, Intervention du Père Nicolas Brémond d’Ars, SERIC 2017, Soirée du 14 novembre 2017, Salle des fêtes Paris 14ème , https://www.legaic.org/IMG/pdf/171114_Intervention_de_Bremond_d_Ars_soiree_14_nov.pdf)


Seulement 24% des Britanniques pensent que l’islam est compatible avec le mode de vie outre-Manche, révèle un sondage de l’institut d’études statistiques YouGov. 23% jugent que l’islam n’est pas une menace pour la civilisation occidentale. Une étude qui échauffe les esprits au Royaume-Uni où, selon une étude du Pew Research Center publiée le 27 janvier 2011, l’on compte près de 2 869 000 musulmans contre 4 704 000 en France. Selon un sondage réalisé en janvier 2013 par Ipsos pour Le Monde, le Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof) et la Fondation Jean-Jaurès, 74% les Français jugent l’islam intolérant (34% pour le judaïsme, 28% pour le catholicisme). Plus de la moitié des Français pensent que les musulmans sont « en majorité » (10%) ou « en partie » (44%) « intégristes ». (NDF)

(Les Britanniques et les Français très méfiants et critiques envers l’islam, 28 janvier 2013, https://www.observatoiredeleurope.com/Les-Britanniques-et-les-Francais-tres-mefiants-et-critiques-envers-l-islam_a1887.html)


IMAGE

IMAGE

IMAGE

Les croyances, mortelles ou non.

Lise Ravary, Turban: pourquoi ils ne l’enlèvent pas ? Journal de Montréal, 11 juin 2013, https://www.journaldemontreal.com/2013/06/11/turban-pourquoi-ils-ne-lenlevent-pas

EXTRAITS 

(Le texte de Lise Ravary a été publié le 11 juin 2013.)

C’était à prévoir, le Québec a été suspendu par l’Association canadienne du soccer pour ne pas avoir respecté sa consigne de permettre aux enfants sikhs de jouer au foot avec un bout de tissu sur la tête. []

Notre société, viscéralement anti-religion, peine à comprendre pourquoi ces enfants n’enlèvent pas leur ‘turban’ le temps d’une partie de ballon rond. Ou pourquoi les Juifs orthodoxes ne déplacent pas leurs autos pendant les fêtes et le sabbat. Ou ma préférée: pourquoi on laisse des parents ‘endoctriner’ leurs enfants []

On va quand même pas s’abaisser au niveau de pays comme l’Arabie saoudite qui interdisent toute manifestation de différence religieuse en public, non ?

[]

Le phénomène de la croyance n’est pas limité à des histoires d’amis imaginaires qui vivent dans le ciel. Malgré toutes les avancées scientifiques, nombre de Québécois ‘croient’ que les médecines douces peuvent guérir des cancer. []

Prenons l’homéopathie: il y a des parents qui vivent très bien avec leur bébé qui hurle de douleur à cause d’une infection aux oreilles, parce qu’ils lui ont donné des granules de sucre au lieu d’antibiotiques détestés. []

Les humains croient à toutes sortes de choses parce qu’ils espèrent en tirer un avantage: un mieux-être physique, mental, le paradis à la fin de leurs jours, le regard bienveillant d’un leader admiré, d’un être suprême, l’approbation du groupe d’appartenance, l’amour. Ce sont des carburants puissants qui défient la raison pure.

[]

Où tirer la ligne ? Quand la sécurité des personnes et de l’État sont menacés. Quand les lois de l’État et les droits humains (ce qui comprend l’égalité hommes-femmes et la liberté de conscience) sont bafoués. De manière démontrable. Dans le doute, je préfère protéger les libertés individuelles que de les limiter.

Un retour du religieux, vraiment? – Montée en visibilité de l’islam, et montée en puissance de l’islamisme.

Heinich Nathalie, Pour en finir avec “le religieux” : vers une analyse fonctionnelle des religiosités actuelles, dans revue ¿ Interrogations ?, N°25. Retour du religieux ?, décembre 2017 [en ligne], https://www.revue-interrogations.org/Pour-en-finir-avec-le-religieux (Consulté le 7 juillet 2019). ISSN 1778-3747

Nathalie Heinich est sociologue, directrice de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) (Paris). Outre de nombreux articles, elle a publié une trentaine d’ouvrages, traduits en quinze langues, portant sur le statut d’artis­te et d’auteur […]; les identités en crise (États de femme, L’Épreuve de la grandeur, Mères-filles, Les Ambivalences de l’émancipation féminine) ; l’histoire de la sociologie (La Sociologie de Norbert Elias, Ce que l’art fait à la sociologie, La Sociologie de l’art, Pourquoi Bourdieu, Le Bêtisier du sociologue, Dans la pensée de Norbert Elias, La Sociologie à l’épreuve de l’art) ; et les valeurs (La Fabrique du patrimoine, De la visibilité). Dernier ouvrage paru : Des valeurs. Une approche sociologique (2017). (https://www.revue-interrogations.org/_Heinich-Nathalie)

Introduction

Il serait tentant, à propos de ce « retour du religieux ? » proposé à la réflexion, de discuter de la pertinence du mot « retour » : dans quelle mesure est-il réel ou bien imaginaire ? Ne s’agit-il pas d’une simple montée en visibilité de ce qui n’avait jamais disparu sous l’effet du « désenchantement » (Weber, 1971 ; Gauchet, 1987), mais s’était simplement retiré de la sphère publique ? Ou bien, d’une sorte de retour du refoulé de ce que les élites intellectuelles et politiques ont longtemps préféré ignorer (Birnbaum, 2016) ? Ou bien encore, d’une sensibilité accrue aux manifestations religieuses en raison non de leur montée en légitimité mais, au contraire, de leur délégitimation, qui les rend plus visibles et pousse à les interpréter à tort comme l’effet d’une progression temporelle alors qu’il ne s’agit que d’une transformation axiologique, autrement dit d’un abaissement du seuil de tolérance (Heinich, 2007) ?

[…]

entre christianisme, judaïsme, islam, polythéisme, bouddhisme ou animisme, les différences sont telles que la mise en évidence de ce qui les rassemble peut s’avérer beaucoup plus complexe que ne le suggère la familiarité des termes « religion », « religieux ».

[…]

Dans le second cas – montée en visibilité de l’islam, et montée en puissance de l’islamisme –, nous assistons à une mobilisation d’au moins trois fonctions : la fonction politique, avec la prétention d’une religion à régir l’ensemble de la société ; la fonction communautaire, avec la réaffirmation – ou la revendication, selon – de l’appartenance de tous les musulmans à une même communauté religieuse, soudée autour d’un certain nombre de règles, et notamment de l’interdit de représentation du prophète ; et la fonction sacrificielle, qui pousse certains musulmans fanatisés à sacrifier leur vie dans des attentats terroristes. Nul doute que dans d’autres contextes, ce seraient d’autres fonctions qui pourraient prendre le pas dans l’exercice de la religion musulmane, comme le réclament d’ailleurs certains de ses membres : par exemple la fonction rituelle de la prière, la fonction éthique d’adhésion aux valeurs de tolérance, ou la fonction mystique que constitue l’épreuve individuelle de la relation avec une transcendance. Il faudrait bien sûr pouvoir expliquer l’activation de certaines de ces fonctions, plutôt que d’autres, par le contexte social, politique, économique, international – mais ce n’est pas le lieu ici.

Ce que je dirais à un immigrant. Par Boucar Diouf, Sénégalais devenu Québécois en 1991.

LA PRESSE, https://www.lapresse.ca/debats/nos-collaborateurs/boucar-diouf/201402/21/01-4741330-ce-que-je-dirais-a-un-immigrant.php

Publié le 22 février 2014 

Ce que je dirais à un immigrant        EXTRAITS

BOUCAR DIOUF      L’auteur est humoriste, conteur, biologiste et animateur. 

Avant de partir du Sénégal pour le Québec, en 1991, on m’avait parlé de choc culturel, de température, de liberté, d’ouverture, d’humour et de bien d’autres aspects de l’identité et de la culture des gens d’ici. Mais personne ne m’a informé de cette singulière relation que la majorité des Québécois entretiennent avec la religion. Pourtant, à mon avis, il est plus qu’important de mentionner aux gens qui veulent venir ici que s’expatrier au Québec n’est pas la même chose que de s’installer dans le reste du Canada. Le Québec a un rapport avec la religion, et l’égalité des sexes, que même l’Ouest du pays peine à comprendre. (…)

L’extrémisme religieux ne peut en aucun cas s’amalgamer avec la culture québécoise francophone. En fait, si je devais entretenir un candidat à l’immigration sur le sujet, je lui dirais ceci:

«Monsieur, avant de partir, vous devez savoir que depuis la désertion massive des églises, provoquée par la Révolution tranquille, les Québécois ont majoritairement un rapport particulier avec la religion. Le Québec afficherait peut-être même le plus haut taux de citoyens agnostiques en Amérique du Nord. Si bien qu’aujourd’hui, ce sont des missionnaires du Sud, principalement de l’Amérique latine et de l’Afrique, qui tentent timidement de rallumer la foi dans certaines contrées de la belle province.

«Autrefois très pieuse, cette nation est devenue le territoire des plus grands blasphémateurs de la galaxie. Ici, non content d’avoir transformé des églises en condos, on a aussi recyclé les accessoires liturgiques en autant de jurons et sacres qui rythment le langage populaire (…)

«Vous vous préparez à aller dans la nation la plus ouverte et pacifique de l’Amérique du Nord. Vous allez dans la nation où les femmes sont parmi les plus affirmées et égalitaristes du monde occidental; où la simple évocation de la droite religieuse provoque une crise générale d’urticaire; où le droit à l’avortement est un acquis non négociable; où les hommes ont droit à des congés de paternité; où le mariage n’est plus une institution sacrée et un couple sur deux divorce quand ça ne marche plus; où les adolescents, à la puberté, sont autorisés à s’embrasser et à se fréquenter; où gais et lesbiennes manifestent ostensiblement leur identité et ont le droit de se marier; où changer de sexe pour retrouver son homéostasie existentielle est aussi bien accepté.

«C’est toutes ces qualités qui font aussi du Québec, sans être parfait, une terre de liberté, d’ouverture et de tolérance, pour celui qui accepte de s’ouvrir. Si je vous raconte tout ça, c’est que certains de ces acquis sociaux très progressistes, qui cimentent fièrement notre identité collective, sont incompatibles avec une lecture rigoriste des dogmes religieux. Ce qui pourrait amener des extrémistes à nous regarder comme des représentants de Satan sur terre.

(…)

Oui, Fatima Houda-Pepin, vous avez raison de penser que les intégristes sont les véritables ennemis de la laïcité! Je rajouterai qu’ils sont aussi les ennemis de la grande majorité de croyants, à qui ils font beaucoup de tort par ricochet.

La religion dans l’espace public

 

Texte de Louise Mailloux, philosophe, essayiste québécoise

La religion dans l’espace public

Publié le 16 janvier 2010, https://louisemailloux.wordpress.com/2011/01/16/la-religion-dans-lespace-public/

Allocution présentée au Colloque sur la laïcité, Université du Québec à Montréal (UQAM), 22 janvier 2010

EXTRAITS

(…)

S’il est une question importante dans la préservation de nos institutions publiques et qui passionne les Québécois depuis quelques temps, c’est bien celle de la laïcité. Peut-être même plus que la langue et l’indépendance, celle-ci est devenue un sujet brûlant qui nous préoccupe au plus haut point. Nous avons cru à tort que la religion était derrière nous. Mais aujourd’hui, nous devons à nouveau la regarder en face.

(…)

S’appuyant sur le principe de laïcité qui suppose la séparation de l’Église et de l’État, nos sociétés modernes ont pu contenir jusqu’ici les ambitions hégémoniques des religions en les cantonnant dans la sphère privée. Ce qui a permis aux femmes d’être autre chose que la reine du foyer. Les religions n’ont jamais digéré d’être confinées à l’espace privé pas plus qu’ils n’ont accepté l’émancipation des femmes. De sorte que la résurgence et la persistance du religieux dans nos sociétés doivent être comprises comme une tentative politique pour les religions de vouloir reconquérir l’espace public et contrer la révolution féministe.

Ne nous laissons pas distraire par l’argument d’un regain de ferveur spirituelle qui viendrait combler un vide moral et existentiel produit par nos sociétés modernes, pas plus que par celui d’un retour à la pudeur (toujours féminine, bien sûr) pour contrecarrer l’hypersexualisation des filles de même que par celui d’un besoin d’affirmation identitaire dont le religieux serait une composante incontournable.

Ce retour du religieux, qui vient cogner aux portes de nos institutions publiques ou privées, n’est pas propre au Québec, et il doit être envisagé dans un contexte international où les fondamentalismes religieux, particulièrement celui de l’islam radical, exercent des pressions et des menaces éhontées sur les institutions de l’ONU et y mènent une offensive soutenue et concerté. C’est dans cette perspective plus globale qu’il faut envisager la laïcité au Québec et pour bien en cerner les enjeux, il conviendrait de changer de langage et d’arrêter de parler «d’ouverture à l’autre» comme si nous étions dans le petit Prince de St-Exupéry.

L’islamisme politique n’est pas un club de boys scouts. C’est un mouvement intégriste politico-religieux qui s’attaque au fondement même de la démocratie en faisant la promotion d’une idéologie violente, sexiste, raciste et homophobe. Parmi «l’autre», il y a, au Québec, des femmes et des hommes qui sont des militants islamistes et qui défendent des valeurs rétrogrades contraires à celles que nous estimons. (…)

Au CCIEL (Collectif citoyen pour l’égalité et la laïcité), la laïcité que nous défendons est celle de la complète neutralité de l’État et de ses représentants. Cela signifie que tous les employés de l’État qui actuellement sont tenus à un strict devoir de réserve pour ce qui est de leurs opinions politiques doivent être tenus aux mêmes obligations pour ce qui est de leurs opinions religieuses. En conséquence, ils ne doivent pas arborer de signes religieux ostentatoires dans l’exercice de leurs fonctions. En clair, cela veut dire pas de voile, pas de croix, pas de kippa, pas de turban, ni de kirpan dans nos institutions et services publics québécois.

Vouloir vivre dans un Québec laïque, ce n’est pas simplement vouloir vivre dans un Québec d’où on aurait décroché le crucifix de l’Assemblée nationale et mis fin aux prières des assemblées municipales. Vouloir vivre dans un Québec laïque, c’est aussi avoir le courage de dire non à tous les signes religieux, y compris au hidjab et à l’intégrisme politico-religieux dont il est l’emblème.

La liberté de conscience qui est garantie par la laïcité est une liberté qui permet à tous de choisir ou non une option religieuse ou humaniste, d’en changer ou d’y renoncer. Cela n’autorise absolument pas les religions à envahir les institutions publiques.

Une laïcité ouverte aux religions dans nos institutions publiques, ce n’est pas de la laïcité. C’est un cheval de Troie qui nous ramène par la porte de derrière ce que nous avons sorti par la porte d’en avant.

Une laïcité ouverte, nous disent ses défenseurs, c’est une laïcité où l’État est neutre mais pas les individus, qui eux, évidemment, profitent de l’ouverture. Ce n’est pas pour rien que c’est le modèle préféré des intégristes.

Vous n’êtes pas sûr de bien comprendre? Alors entrez dans une école primaire, dans une salle de classe dont on a retiré le crucifix du mur avec une enseignante portant le hidjab et des élèves, des filles de dix ans portant le hidjab aux couleurs de l’uniforme de l’école et des garçons portant le turban et le kirpan. Ça c’est la laïcité ouverte telle que recommandée par le rapport Bouchard-Taylor.

Voilà pour l’ouverture. Grande comme des portes de grange. Bienvenue les religions, dégréiez-vous mais entrez-donc! On l’as-tu l’hospitalité depuis l’Expo ‘67! Une laïcité où les murs doivent être laïques mais pas les individus! Parce que l’État, ça va de soi, ce sont les murs, la brique, les statues et le chauffage qui doivent s’astreindre au devoir de réserve. De la brique, comme neutralité, c’est béton! Alors que les individus sont invités à l’affirmation multiconfessionnelle qui s’inscrit directement dans la logique du multiculturalisme canadien. On peut comprendre que les Québécois soient en colère, après tous les efforts qu’ils ont mis pour déconfessionnaliser leurs écoles.

La laïcité ouverte, c’est une arnaque pour semer la confusion et affaiblir la laïcité. C’est une position anti-laïque qui ne vise qu’à permettre aux religions de retrouver une légitimité dans nos institutions publiques.

(…)

les contribuables, les syndicats, le Conseil du Statut de la Femme et les partis d’opposition réclament une Charte de la laïcité, d’inspiration française, qui définirait clairement les droits et les devoirs de chacun dans les institutions publiques, une Charte dans laquelle le port de signes religieux serait interdit pour les agents de l’État et où aucun accommodement religieux ne remettrait en question le statut des femmes. La grande majorité des Québécois ne veulent pas d’une telle ouverture aux religions. (…)

Les accommodements religieux consentis jusqu’à maintenant ont provoqué avec raison la grogne des Québécois parce que bon nombre d’entre eux remettait en question le statut des femmes, heurtant ainsi de front l’une des valeurs les plus fondamentales de notre identité. (…)

S’il existe une universalité entre toutes les religions, c’est bien celle du mépris partagé à l’égard des femmes. Femmes au corps second, au corps raté, au corps impur, au corps sensuel et menaçant que l’on doit tenir à l’écart de la vie publique qui n’appartient qu’aux hommes, au point d’enfermer leurs femmes sous le voile lorsqu’elles vont au dépanneur ou à l’université.

Sur ce refus de la mixité et dans le but de protéger l’égalité des femmes et des hommes, la position de notre Collectif est que les usagers des services publics ne peuvent récuser un agent public ou d’autres usagers, ni exiger une adaptation du fonctionnement du service public ou d’un équipement public pour des motifs religieux.

Au Québec, les hommes et les femmes vivent et travaillent ensemble et sont considérés comme des partenaires égaux. Et nous sommes assez grands pour faire cela tous seuls, sans que le diable ou le bon dieu s’en mêlent.

Concernant les signes religieux, l’offensive vient surtout du voile. C’est la raison pour laquelle au printemps dernier des militantes de Présence musulmane ont décidé de rejoindre leurs sœurs de la Fédération des Femmes du Québec alors que celles-ci devaient prendre position sur cette question. Plus que la soutane et les cornettes que nos religieux ont abandonné depuis Vatican II, c’est le voile qui est au cœur de toutes les controverses. Et il en est ainsi dans le monde entier, y compris dans les pays musulmans. Parce qu’il est l’emblème politique le plus manifeste d’une idéologie sexiste et totalitaire qui veut imposer sa loi religieuse, la charia, qui consacre l’inégalité entre les hommes et les femmes de même qu’entre le musulman et le non-musulman.

Ce voile que l’on ne fait porter qu’aux femmes est tout, sauf neutre. Symbole sexiste par excellence, il viole la neutralité des institutions publiques. Et le fait que certaines femmes le portent de leur plein gré ne légitime pas pour autant l’État québécois à cautionner pareille aliénation.

Quel message, pensez-vous, qu’une enseignante voilée envoie à ses élèves, en particulier aux petites filles? «Maman, pourquoi les filles doivent cacher leurs cheveux et pas les garçons?» Ceci se passe aujourd’hui dans un Québec, qui il y a quarante ans, a travaillé très fort pour désexualiser les rôles sociaux et faire disparaître des manuels scolaires les stéréotypes sexuels. Va-t-on tourner le dos si facilement aux acquis du féminisme et renier les efforts de milliers de québécois et de québécoises?

Contrairement à ce que prétend Québec solidaire, un État laïque qui interdit le voile ne légifère pas sur le corps des femmes mais sur le port de signes religieux ostentatoires afin de préserver la neutralité de ses institutions.

Mais que dire, par exemple, des petites filles de 7 et 8 ans qui portent le voile? Que c’est leur choix d’être marquée ainsi à cause de leur sexe? Québec solidaire et la Fédération des Femmes du Québec sont contre l’obligation du port du voile mais rien que sur le terrain des idées. «Débrouillez-vous les filles, nous on est juste pour les idées!» La gauche parfaite, vertueuse, qui interdit d’interdire. J’aimerais bien qu’ils nous expliquent comment on peut être contre l’obligation si on est en même temps contre l’interdiction. Une chose et son contraire. Le ciel et l’enfer en même temps.

Une telle position est d’une incroyable incohérence car quels moyens concrets offrir à ces jeunes filles qui ne veulent pas porter le voile si on ne l’interdit nulle part? Puisque l’école tolère le voile, ces filles n’ont donc aucune raison de refuser de le porter et se retrouvent ainsi à la merci des pressions familiales et communautaires. Alors qu’il faudrait les appuyer et donner aussi des armes à tous les parents musulmans qui haïssent les intégristes. Abandonner les jeunes musulmanes à partir de l’âge de sept ans, est-ce ainsi que Québec solidaire et la Fédération des Femmes du Québec entendent se porter à la défense de toutes les femmes?

La position de notre Collectif est que l’État doit interdire aux élèves des écoles publiques primaires et secondaires tout port de signes religieux ostentatoires. Parce que l’école laïque doit être le lieu d’une mise à distance des ancrages familiaux, un espace neutre, un lieu de rassemblement où les jeunes font l’apprentissage de la citoyenneté et des valeurs communes qui définissent notre identité. Ceci ne peut se faire qu’en dépassant les particularismes religieux qui isolent et divisent.

Seule une telle position peut protéger les jeunes filles musulmanes de la stigmatisation de leur sexe et leur donner un appui concret parce que rien ne les prédestine à devoir vivre dès leur enfance en cachant leurs bras, leurs jambes et leurs cheveux.

Et pour dissiper tout malentendu sur les accusations de racisme et de xénophobie que nous avons très bien entendu, j’ajouterais ceci : le racisme véritable, c’est d’accepter pour l’autre ce que l’on refuserait pour soi-même. Si l’enjeu était plutôt de voiler des petites québécoises de souche, jamais notre ministre libéral de la condition féminine, Québec solidaire et la Fédération des Femmes du Québec ne défendraient la même position.

Quant aux accusations d’intégrisme laïque dont les défenseurs de la laïcité font régulièrement les frais de la part des partisans de la laïcité ouverte, je dirais qu’il n’y a pas d’intégriste dans notre Collectif citoyen. Ni dedans, ni autour. En revanche, il y a des femmes musulmanes qui sont féministes, laïques et progressistes, je pense notamment à ma collègue Djemila Benhabib et d’autres, qui ont goûté à la médecine des islamistes, et qui travaillent d’arrache-pied à nous mettre en garde contre ces fous d’Allah. Je me permets de citer Djemila : « La bataille contre le voile islamique n’est que le début d’une guerre ouverte contre les intégristes, dont l’issue dépendra de notre capacité à le disqualifier des institutions publiques, y compris l’école. » Ce sont ces femmes-là que nous devons écouter et qui méritent notre appui, ces femmes musulmanes qui partagent nos valeurs et qui ont choisi le Québec pour y vivre en femmes libres, ces femmes dont je salue aujourd’hui bien haut le courage et la détermination.

Au lieu d’accuser les militants laïques d’intégrisme, les défenseurs de la laïcité ouverte feraient mieux de regarder ceux et celles qui bourdonnent autour d’eux parce que ce n’est pas nous qu’il faut éradiquer mais plutôt les intégristes religieux.

(…)

Il y a quelques années, le Québec déconfessionnalisait ses écoles, amorçant ainsi un processus de laïcisation. Il est temps maintenant d’aller de l’avant dans la préservation de nos droits, notamment celui de l’égalité entre les femmes et les hommes, qui ne peut être garanti que par la laïcité. Le temps est maintenant venu de parachever notre cheminement collectif en nous dotant d’une Charte de la laïcité et de consolider comme nous l’avons déjà fait avec notre langue, les valeurs fondamentales auxquelles nous sommes profondément attachés comme peuple.

Et même si aujourd’hui l’intégrisme religieux cogne aux portes de nos institutions publiques, la religion aura dans notre société la place que nous voudrons bien lui donner. Parce que c’est à nous de décider collectivement du Québec dans lequel nous voulons vivre. Cet avenir-là nous appartient.

Montréal, 22 janvier 2010