Dans des rues de Lévis (Québec), la veille de l’Halloween 2015.

Levis rue Fraser Halloween Letourneau  30-10-2015

Rue Fraser

Levis rue Foisy 30-10-2015

Rue Foisy

Levis rue Cauchy (St-Maurice) 30-10-2015_b

Rue Cauchy (autrefois appelée Saint-Maurice)

Levis rue Wolfe Bd de l Entente 30-10-2015_a

Rue Wolfe et rue de l’Entente

Levis rue de Billy 30-10-2015_s

Rue de Billy

Levis rue Cauchy (St-Maurice) 30-10-2015_d

Rue Cauchy (autrefois appelée Saint-Maurice)


Levis Hotel-Dieu 30-10-2015_g

Rue Wolfe, Hôtel-Dieu

Levis rue Fraser-vue de Qc 30-10-2015_2

Intersection des rues Fraser et J.-K. Laflamme

Levis rue Fraser maison 30-10-2015_16

Rue Fraser

Levis rue Fraser maison 30-10-2015_15

Rue Fraser

Photos prises par Roger Martel le 30 octobre 2015.

Jean Charest à la rue

Les Québécois, propriétaires de leur État, devraient-ils jeter leur premier ministre, Jean Charest, à la rue?

Jean Charest, premier ministre du Québec, n’aime pas la rue, on le sait. C’est pourquoi il ne marche jamais dans la rue; il se tient sur le trottoir. C’est pourquoi vous ne le voyez jamais traverser la rue. Évidemment, ça limite ses horizons. C’est pourquoi il est le premier ministre qu’il est.

Stéphane Hessel, lui, aime la rue. (Rappelons que M. Hessel, né en 1917, a été un résistant contre les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale, puis un diplomate, et qu’il a écrit un petit livre très populaire intitulé Indignez-vous. ) M. Hessel aime aussi qu’on marche dans la rue; lisons-le :

« Mais nous avons besoin aussi d’une génération qui descende dans la rue, partout, et qui dise : « Nous n’en pouvons plus de la façon dont nous sommes gouvernés. Nous voulons un gouvernement réellement démocratique. » Et s’ils sont nombreux dans les rues, alors les gouvernements sentiront qu’ils doivent soit écouter les sages, soit opprimer la jeunesse… » (Déclarons la paix, publication cosignée par le dalaī-Lama, Indigène éditions, avril 2012, p. 34-35)

Le Passeur de la Côte (Roger Martel)