Le Mouvement Desjardins exagère

Mouvement Desjardins, tu ne trouves pas que tu exagères? Dans l’édition du 25 novembre 2011 d’un hebdomadaire de Lévis, il y a une photo de l’usine de filtration Desjardins (vous savez, celle qui est située dans l’arrondissement de Desjardins ou, si vous préférez, dans le pôle Desjardins, juste à côté des Appartements Desjardins et de la Cité Desjardins, pas très loin des statues de Dorimène Desjardins et d’Alphonse Desjardins, et à mille mètres de la Caisse populaire Desjardins de Lévis), il y a, dis-je, une photo dont la légende se lit ainsi : « L’usine Desjardins est située au coin du boulevard Alphonse-Desjardins et de la rue Dorimène-Desjardins ». Que le Mouvement Desjardins baptise Cité Desjardins le complexe que forment des immeubles qui lui appartiennent à Lévis, il n’y a rien rien à redire; que les caisses d’épargne et de crédit fondées par Alphonse Desjardins portent le nom de ce dernier, personne ne s’y oppose; le propriétaire des Appartements Desjardins avaient le droit de nommer son immeuble locatif comme il l’a fait. On comprend aussi que la ville de Lévis aient des gestes et des mots câlins pour le Mouvement Desjardins, si actif à Lévis. Mais il ne faudrait pas perdre la tête et répandre à Lévis le nom de Desjardins de façon obsessionnelle, comme le régime maoïste multipliait les exemplaires du Petits Livre rouge de Mao. Malheureusement, on peut craindre que le mal soit déjà fait (des citoyens ont déjà clamé dans le passé qu’il est répandu!) : depuis peu de jours, un autre gros drapeau portant le nom de Desjardins flotte désormais au-dessus du cerveau des citoyens : le nouveau Centre interdisciplinaire de lutte au cancer s’appelle Centre Desjardins. Ce nom s’ajoute à ceux mentionnés ci-dessus et à bien d’autres : Centre de santé et de services sociaux Alphonse-Desjardins, Repas Desjardins, Gala Victoria Desjardins, Club de marche Desjardins de Lévis, Fresque Desjardins de Lévis, Salle Caisse populaire Desjardins de Lévis (au Centre de congrès et d’expositions de Lévis), traversier Alphonse-Desjardins, École primaire Desjardins…

On n’aime pas que tu exagères, Mouvent Desjardins, on a l’impression que tu veux t’imposer à nous et on trouve que ce n’est pas poli. On n’aime pas non plus qu’il t’arrive d’employer, afin que ton nom résonne le plus souvent possible aux oreilles de nos cerveaux, des moyens que tu devrais juger indignes de toi. Crois-tu que j’exagère? Écoute donc ce qu’on a dit de toi à côté de Lévis, sur la Côte-du-Sud, l’an dernier.

En 2011, l’affaire du nouveau chapiteau permanent de Saint-Jean-Port-Joli a fait grand bruit. Je la présente rapidement. – Le 13 juillet 2011, Le Peuple Côte-Sud, journal de Montmagny, écrit ceci : « Ayant eu vent que le nom de Desjardins serait retenu pour désigner le chapiteau permanent en construction dans le parc des Trois-Bérets, deux citoyens de Saint-Jean-Port-Joli ont décidé de contester cette appellation […] Selon les informations, la Caisse populaire Desjardins des Trois-Saumons verserait une contribution de 100 000 $ au projet. Or, on craint que l’institution financière ne réduise le montant si le chapiteau ne porte pas le nom de Desjardins. » Le 14 novembre, le président du conseil d’administration de la Caisse Desjardins de L’Islet, M. Serge Kirouac, écrit ceci dans l’hebdo magnymontois L’Oie blanche : « S’il faut qu’il [le chapiteau] porte le nom de Desjardins uniquement pour s’assurer d’une contribution de la Caisse de $100 000, je suis dans l’incompréhension totale. […] Est-ce que le musée maritime du Québec, devrait s’appeler le musée maritime Desjardins du Québec à cause d’une contribution monétaire quelconque ? Je trouve ridicule qu’on aille même oser penser appeler cela, le Chapiteau Desjardins… » Moins d’un mois plus tard, M. Kirouac écrit : « Je ne suis plus le président de la Caisse de L’Islet et j’ai quitté volontairement ce poste. Je ne pouvais tout simplement pas tolérer de ne pas pouvoir émettre librement mon opinion. […] j’ai été surpris de lire dans ce journal que la Caisse des Trois-Saumons avait, semble-t-il, diminué de moitié sa contribution au projet du chapiteau. » [C’était dans L’Oie blanche, le 5 décembre 2011.] Comment l’affaire s’est-elle terminée? Dans Le Peuple Côte-Sud, le 23 novembre 2011, on a pu lire ceci : « Enfin, la Caisse populaire Desjardins Trois-Saumons, par la voix de son directeur général, Yvon Beaulieu, a annoncé une contribution de 50 000 $, déjà versée. Ce montant provient du Fonds d’aide du milieu, a insisté M. Beaulieu. « Bon an, mal an, on donne 100 000 $ dans le milieu grâce à ce fonds », s’est limité à dire le représentant de l’institution financière, qui visiblement ne voulait pas s’étendre sur le sujet. » Mouvement Desjardins, arrête-toi donc pour réfléchir à tes valeurs, je répète : pour réfléchir à tes valeurs.

Le Passeur de la Côte (Roger Martel, citoyen de Lévis)