À Lévis (Québec), il est plus facile d’obtenir un rendez-vous avec l’archange Gabriel qu’avec son médecin du Centre médical Lévis-Lauzon

C’est Mahomet lui-même qui me l’a dit : « Il est plus facile d’obtenir un rendez-vous avec l’archange Gabriel qu’avec son médecin du Centre médical Lévis-Lauzon ».

 

Lévis, le 16 novembre 2018

Madame Anne-Édith Desrosiers, médecin

Centre médical Lévis-Lauzon

6750, boul. Guillaume-Couture, bureau 301, Lévis (Québec), G6V 9H4

 

Madame,

8 novembre 2018, vers 10h; je téléphone à votre clinique, le Centre médical Lévis-Lauzon, pour prendre rendez-vous avec mon « médecin de famille », Mme Anne-Edith Desrosiers. Une employée me répond; elle me demande de rappeler le 13 novembre pour essayer d’obtenir un rendez-vous le 20 novembre, parce qu’elle sait, je suppose, que Mme Desrosiers travaillera ce jour-là et que son carnet de rendez-vous, pour ce jour-là, n’est pas encore rempli.

Permettez-moi de suggérer aux médecins de votre Centre d’utiliser une procédure de prise de rendez-vous plus simple, qui leur permettrait de mieux servir leurs clients, je dirais même que cette procédure serait plus respectueuse des clients.

Donc, le 8 novembre, j’ai parlé à l’une des employées du Centre. Au lieu de m’informer qu’il lui était impossible de me fixer un rendez-vous ce jour-là, le 8 novembre, et de me dire comment faire pour pouvoir consulter mon médecin, elle aurait pu, me semble-t-il, me fixer un rendez-vous sur-le-champ : elle ouvre (c’est rapide) le carnet de rendez-vous informatisé de Mme Desrosiers, à la date du 20 novembre; elle voit (rapidement) à quelle heure Mme Desrosiers pourrait me recevoir le 20 novembre, puis elle me dit : j’ai une place à 15 h, disons; j’accepte cette heure, l’employée enfonce quelques touches de son clavier (ça ne prend pas de temps), l’opération est terminée, elle a été faite promptement.

La procédure qu’utilise actuellement le Centre médical Lévis-Lauzon oblige les clients à participer à une course très désagréable qui consiste à appeler le Centre le plus tôt possible pour essayer d’obtenir un rendez-vous avec leur médecin. Dans mon cas, le 13 novembre, il aurait fallu que je me lève avant 6 h parce que c’est à compter de 6 h que j’aurais pu commencer à tenter d’essayer d’obtenir le rendez-vous désiré. À compter de 6 heures si…

À compter de 6 heures si je possède l’appareil requis pour accéder à la centrale de rendez-vous en ligne du Centre. Faute d’avoir l’appareil approprié, les clients doivent attendre que sonne 8 h 30 pour communiquer par téléphone avec le Centre; ils sont grandement désavantagés par rapport aux clients en mesure de commencer à tenter leur chance dès 6 h, soit deux heures et demi plus tôt. N’est-ce pas inacceptable, Madame? On peut s’étonner qu’aucun des dix-neuf médecins de la clinique ne se soit rendu compte que la procédure de prise de rendez-vous de leur Centre est inacceptable.

On la trouve encore plus inacceptable après avoir appris, grâce au Journal de Québec (édition du 31 octobre 2018), que :

À la Clinique médicale des Promenades (Beauport), l’inscription pour un rendez-vous le lendemain se fait à 17 h (« 90 lignes s’ouvrent à 17 h pour couvrir l’ensemble des rendez-vous du lendemain »).

Au Centre médical Le Mesnil (Québec), on peut s’inscrire entre 22 h et 23 h pour le lendemain et à partir de 9 h le jour même.

À MaClinique Lebourgneuf (Québec), on se présente à la clinique, où une infirmière effectue le triage.

À la Clinique médicale Saint-Louis (Québec), on peut commencer à s’inscrire à compter de 20 h la veille ou au www.cliniquestlouis.com; on peut aussi se présenter directement à la clinique dans la journée.

J’espère qu’il sera plus simple de prendre rendez-vous avec un médecin du Centre médical Lévis-Lauzon, bientôt.

Veuillez, Madame, agréer l’expression de mes sentiments les meilleurs.

Roger Martel

Je publierai la présente et votre réponse (si vous me répondez) au www.lepasseurdelacote.com.

Roger Martel, citoyen de Lévis

P.-S. 1. Dans son site web, le Centre médical Lévis-Lauzon transmet cette information : « L’historique des rendez-vous vous permet d’avoir une vue d’ensemble sur votre dossier médical et la fréquence de vos visites ». Je pensais trouver mon historique dans le site web du Centre; je ne l’ai pas vu; aurait-il dû y être? –

P.-S. 2. Que signifie la présence, dans le site web du Centre, de la phrase suivante : « Malheureusement, il n’y a aucune disponibilité dans l’horaire de votre médecin de famille après le 8 mai 2018. » (8 mai 2018 est bien la date écrite dans la phrase, dans le site web du Centre consulté le 15 novembre 2018.)

Docteur Frankestein, ministre de la santé du Québec ?

Source : Michel David, Docteur Frankenstein, Le Devoir, 30 avril 2016, p. A3, http://www.ledevoir.com/politique/quebec/469610/docteur-frankenstein?utm_source=infolettre-2016-04-30&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, s’était indigné le mois dernier quand Pierre Karl Péladeau l’avait qualifié de Tartuffe, mais c’est l’image qui vient immédiatement à l’esprit en l’entendant se lamenter sur les montants « très, très élevés » qui sont versés à certains spécialistes particulièrement voraces.

M. Barrette invite la FMSQ à une « réflexion » sur le sujet, alors qu’il est le premier responsable de l’explosion de la rémunération des médecins, qui est maintenant supérieure à ce que touchent leurs confrères en Ontario et en Colombie-Britannique, où le coût de la vie est notoirement plus élevé. Il se demande avec raison si certains de ses ex-confrères ne se concentrent pas sur les pratiques les plus lucratives, mais il trouve aberrant qu’on puisse remettre en question le mode de rémunération à l’acte.

Au même moment, son collègue de l’Emploi et de la Solidarité sociale, François Blais, envisage de recourir au bâillon pour forcer l’adoption du projet de loi 70, qui permettra de diminuer l’allocation mensuelle de 623 $ qui est accordée aux bénéficiaires de l’aide sociale, s’ils manquent aux obligations imposées par le programme Objectif emploi. Cherchez l’erreur !

[…]

Que son ministre de la Santé soit un cowboy mal dégrossi est une chose, mais M. [le premier ministre Philippe] Couillard a le devoir de s’assurer qu’il ne cause pas de dommages irrémédiables. On ne donne pas un chèque en blanc à un homme de cet acabit. Tel le docteur Frankenstein, le premier ministre donne l’impression d’avoir créé un monstre dont il a complètement perdu le contrôle.


Les médecins du Québec. Des docteurs Frankenstein?

Source : Docteur Frankenstein | Le Devoir

Le projet de loi 92 qui vise à accroître les pouvoirs de la Régie d’assurance maladie est inutile puisque la fraude est un phénomène marginal chez les médecins, soutient la Fédération des omnipraticiens. Le pire est qu’elle a probablement raison : les médecins sont tout à fait capables de s’assurer des revenus scandaleusement élevés en toute légalité.

En revanche, la FMOQ a tort de penser que le projet de loi nuira à l’image des médecins en laissant croire à la population que des sanctions légales sont nécessaires pour les maintenir dans le droit chemin : ils n’ont besoin de personne pour ternir leur image.

(Michel David, Docteur Frankenstein, Le Devoir, 30 avril 2016, p. A3, http://www.ledevoir.com/politique/quebec/469610/docteur-frankenstein?utm_source=infolettre-2016-04-30&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne)


Message à mon médecin

Les médecins du Québec, des docteurs Frankenstein? Vous n’êtes pas l’un d’eux, croyez bien que j’en suis convaincu, ma très chère docteure!

R. M.

Les laboratoires pharmaceutiques en accusation (octobre 2015).

Par Paul Scheffer (Le Monde diplomatique, octobre 2015) // Ces derniers mois, deux livres d’exception ont secoué le monde de la santé. (…)

Source : Les laboratoires pharmaceutiques en accusation, par Paul Scheffer (Le Monde diplomatique, octobre 2015)

Extrait :

Ces derniers mois, deux livres d’exception ont secoué le monde de la santé. Le professeur Peter C. Gøtzsche, spécialiste de médecine interne, directeur du centre Cochrane nordique, un groupe d’experts indépendants, décrit minutieusement l’influence systémique et particulièrement efficace de l’industrie pharmaceutique (1). Selon lui, celle-ci serait à l’origine de centaines de milliers de morts dans le monde chaque année, ce qui en ferait la troisième cause de décès après le cancer et les maladies cardio-vasculaires. Il estime que les connaissances accumulées sur les stratégies d’influence de ce lobby — le « Big Pharma » — pour augmenter ses profits permettent de le comparer au crime organisé et à la Mafia. Dans leurs préfaces, Richard Smith, ancien rédacteur en chef du British Medical Journal, et Drummond Rennie, éditorialiste au Journal of the American Medical Association, deux publications où l’on trouve la fine fleur de la recherche médicale mondiale, confirment la gravité des faits. Ce soutien de poids constitue sans doute une première, à la hauteur des enjeux et des dénonciations du livre.

Soins à domicile: l’ère du ministre du rationnement | Le blogue de Jean-François Lisée

La Protectrice du citoyen a mené l’enquête. Elle est formelle. Le gouvernement Couillard ne donne pas suffisamment de ressources au système de santé pour couvrir les besoins en soins en domicile. En fait, c’est au point où les soins sont rationnés.

Source : Soins à domicile: l’ère du ministre du rationnement | Le blogue de Jean-François Lisée

Haïti : des progrès considérables dans les domaines de la nutrition, de la santé, de l’éducation des enfants ainsi que l’assainissement depuis 2006.

HAÏTI : UN RECENSEMENT SOUTENU PAR L’ONU MONTRE DES PROGRÈS CONSIDÉRABLES POUR L’ÉDUCATION ET LA SANTÉ DES ENFANTS

New York, 10 janvier 2013

source : Centre de nouvelles ONU, http://www.un.org/french/newscentre/

Près de trois ans après le séisme dévastateur en Haïti, le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) a publié jeudi les résultats préliminaires d’un recensement conduit avec le soutien de l’ONU, qui montre qu’il y a eu des progrès considérables dans les domaines de la nutrition, de la santé, de l’éducation des enfants ainsi que l’assainissement depuis 2006.

Selon les résultats préliminaires du ( href = « http://www.unicef.org/media/media_67182.html« > ) recensement démographique et sanitaire d’Haïti, qui a pris en compte 13, 500 foyers et 77% des enfants âgés de 6 à 11 ans enrôlés dans les écoles primaires en 2012. Cela est nettement supérieur au recensement précédent de 2005-2006 qui prenait en compte un peu moins de 50%.

La malnutrition aiguë a été réduite de moitié parmi les enfants de 5 à 59 mois de 10% à 5%, et la malnutrition chronique a été réduite de 29% à 22% entre 2005-2006 et 2012.

« Les résultats du recensement montrent que les efforts en Haïti au cours des trois dernières années ont contribué au progrès réalisés dans de nombreux secteurs et ont atténué l’impact du séisme de 2010, l’épidémie de choléra et autres catastrophes », a expliqué le Représentant de l’UNICEF en Haïti, Edouard Beigbeder.

« Ces résultats montrent qu’il faut un engagement continu pour soutenir le pays à rendre ces succès durables tout en soulevant les défis existants et de redoubler d’efforts dans les domaines où le progrès a été plus lent », a-t-il ajouté.

Haïti a été en reconstruction depuis qu’un séisme violent avait ravagé le pays en janvier 2010, faisant près de 220,000 morts et des destructions massives privant près d’un million et demi de personnes de leurs domiciles.

Le recensement a été conduit par l’Institut haïtien de l’enfance, sous la direction du ministère de la population et de la santé, et soutenu par l’UNICEF et le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP).