Un comité au Musée de la civilisation de Québec. Le secrétaire savait-il écrire?

Lévis, 13 mai 2016

Monsieur Stéphan La Roche, directeur général

Musée de la civilisation

85, rue Dalhousie; C. P. 155, succursale B, Québec, G1K 8R2

Monsieur,

Le 21 février 2016, je vous ai écrit ceci :

 

Madame Sylviane Morrier, secrétaire générale adjointe et affaires juridiques, Secrétariat général, Musées

de la civilisation, m’a répété aujourd’hui que le comité de la cage de la Corriveau (appelons-le comme ça)

a tenu trois réunions au cours de son existence et qu’il n’a pas établi de procès-verbaux.

Pourriez-vous me dire si c’est la règle, aux Musées de la civilisation, de créer des conseils, des

commissions, des comités, et de leur dire qu’il est inutile de rédiger et de soumettre à Pierre, Jean ou

Jacques des comptes rendus de leurs discussions, délibérations, décisions, réunions? S’il arrive que les

Musées de la civilisation obligent leurs conseils, commissions et comités à présenter des procès-verbaux,

pourquoi a-t-on permis au comité de la cage de la Corriveau de ne pas en présenter? Vous ne faisiez pas

partie du comité de la cage de la Corriveau, Monsieur La Roche; comment avez-vous fait pour savoir ce

qui a été dit et fait pendant ses réunions? Vous avez demandé à chacun des nombreux membres du

comité de vous faire un compte rendu oral des réunions? Votre vie professionnelle vous a-t-elle appris

que cette façon de faire donne d’excellents résultats et permet facilement de consulter, au besoin, les

informations transmises par la voix et envolées?

Comment feront les historiens, demain, pour savoir quelle contribution a été apportée aux travaux du

comité par ses membres : Claudia Mendez, Claude Genest, Clément Samson…

Dans quels cas les procès-verbaux sont-ils utiles et faut-il en rédiger, dans quels cas sont-ils inutiles et ne

doit-on pas perdre son temps à en rédiger?

 

Malheureusement, vous ne m’avez pas répondu, Monsieur La Roche.

 

Une autre étrangeté pare d’une énième auréole de mystère le comité dit scientifique formé par la Société d’histoire régionale de Lévis (SHRL) et les Musées de la civilisation à Québec pour tenter de déterminer si la « cage » trouvée par Madame Claudia Mendez Ishii est bien la structure dans laquelle le cadavre de la criminelle Marie-Josephte Corriveau a été montré à la population : ledit comité, qui n’a pas établi le compte rendu officiel et écrit des délibérations d’aucune des trois réunions qu’il est censé avoir tenues, n’a pas rédigé non plus de rapport de mission, n’a pas soumis aux Musées de la civilisation, aux membres de la SHRL, aux citoyennes et citoyens de Lévis et du reste du Québec, un rapport officiel et écrit dans lequel il aurait rendu compte du résultat de son travail. Monsieur La Roche, vous n’avez pas demandé au comité de vous présenter un rapport écrit et officiel dans lequel il aurait rendu rendu du résultat de son travail? Votre vie professionnelle ne vous a-t-elle pas appris que cette façon de faire n’est pas recommandable? Il s’impose, ne pensez-vous pas, Monsieur le directeur général, que vous réagissiez à mon questionnement.

 

Veuillez, Monsieur, agréer l’expression de mes sentiments distingués.

Roger Martel, citoyen de Lévis

 

catalogue tupperware de 1963_photo Musée-civilisation-quebec

Image tirée du Catalogue Tupperware de 1963, diffusée par le Musée de la civilisation de la province de Québec.

« Cage de la Corriveau » : deux membres du comité dit scientique contredisent les Musées de la civilisation.

Corriveau cage_mcq_Maison Chevalier 14-10-2015_3Lévis, le 9 décembre 2015

Monsieur Stéphan La Roche, directeur général
Musées de la civilisation
Québec

Objet : « Cage de la Corriveau » : le comité dit scientifique n’a pas prouvé…

Monsieur le directeur général,

Puis-je me permettre de vous rappeler que :

Les résultats du travail du « comité scientifique » formé par les Musées de la civilisation et la Société d’histoire régionale de Lévis (SHRL) pour s’occuper de l’expertise de la « cage de la corriveau » ne permettent pas à au moins deux membres du comité d’avoir la certitude que la structure trouvée par la SHRL est celle qui a reçu la dépouille de Marie-Josephte Corriveau. Les deux, mesdames Sylvie Toupin, conservatrice à l’emploi des Musées de la civilisation, et Catherine Ferland, historienne, utilisent en effet le conditionnel dans des déclarations publiées dans un site web de Radio-Canada le 9 novembre 2015; voyez :

MADAME SYLVIE TOUPIN, CONSERVATRICE :

« Les expertises qu’on a menées convergent. C’est la juxtaposition et le croisement des informations qui nous permettent d’en arriver à la conclusion que ce serait effectivement le gibet qui aurait servi à exposer Marie-Josephte Corriveau. »

Madame Toupin, on le voit, n’a pas la certitude que la « cage » examinée est l’objet qui a servi à montrer Marie-Josephte Corriveau à la population. À Lévis aussi, en novembre dernier, devant les personnes qui remplissaient la salle L’Anglicane, elle a déclaré qu’elle n’avait pas la certitude que la « cage » examinée est l’objet dans lequel la dépouille de Marie-Josephte Corriveau a été exposée (elle répondait à une question que je lui avais posée).

MADAME CATHERINE FERLAND, HISTORIENNE :

« Quand on est capable de retracer le cheminement très précis d’un objet, par exemple par les articles de journaux, par les documents historiques, on se rend compte que dans le cas de la cage de la Corriveau, on est capable de faire ce tracé très facilement. […] Ça nous a permis de dire, oui, d’un point de vue historique, c’est très, très plausible et même presque certain que c’est bien la cage ».

Madame Ferland est aussi limpide que madame Toupin, elle ne dit absolument pas qu’elle a la certitude que la « cage » examinée est l’objet qui a servi à montrer la dépouille de Marie-Josephte Corriveau aux habitants. Relisez sa déclaration, s’il le faut.

(Les déclarations de mesdames Toupin et Corriveau se trouvent dans une page Web de Radio-Canada datée du 9 novembre 2015; voici l’adresse de cette page : http://ici.radio-canada.ca/regions/quebec/2015/11/09/006-expertise-cage-corriveau-authentification-musee-civilisation.shtml.)

Comme vous le savez, monsieur La Roche, les Musées de la civilisation et la Société d’histoire régionale de Lévis contredisent mesdames Toupin et Ferland et prétendent que la certitude recherchée a été acquise, ils déclarent que la « cage » trouvée par hasard par la Société d’histoire régionale de Lévis est la structure dans laquelle Marie-Josephte Corriveau à été montrée à la population. (Voici la déclaration exacte des Musées de la civilisation et de la Société d’histoire régionale de Lévis datée du 9 novembre 2015 : « Les résultats de l’expertise, juxtaposées les uns aux autres, ont […] tous convergé vers son authentification ».)

Je ne vous appendrai rien, monsieur La Roche, en vous disant qu’authentifier, c’est prouver. Le Trésor de la langue française informatisé donne cet exemple de l’emploi du verte authentifier : « Il a authentifié ce Géricault : il a prouvé que cette toile était due au pinceau du maître » (http://www.cnrtl.fr/definition/authentifier consulté le 7 décembre 2015). Le dictionnaire Lexis, de son côté, définit ainsi le mot authentique : « Dont la réalité, la vérité ou l’origine indiquée ne peut être contestée »; il illustre sa définition par la phrase suivante : « Le tableau authentique est au Louvre; celui-ci n’est qu’une copie » (Larousse de la langue française – Lexis, ©1977, page 130).

Pourrais-je vous demander, monsieur La Roche, d’étoffer la phrase suivante écrite par vous, les Musées de la civilisation, et par la Société d’histoire régionale de Lévis (SHRL) présidée par monsieur Vincent Couture : « Les résultats de l’expertise, juxtaposés les uns aux autres, ont […] tous convergé vers son authentification [authentification de la « cage » que la SHRL dit avoir trouvée par hasard dans le Web]». Pourriez-vous dire quels sont très exactement les résultats de l’expertise? Il serait plus qu’utile que vous le fassiez, vous en conviendrez.

Un expert peut bien établir que Marie-Josephte Corriveau a été trouvée coupable d’un meurtre commis peu après la « conquête » de la Nouvelle-France par les Anglais, un autre prouver que madame Corriveau été pendue en 1763 à Québec, un autre déclarer que la « cage » que la SHRL dit avoir trouvée par hasard au 21e siècle a été fabriquée au 18e siècle, un quatrième affirmer qu’il existe des documents qui prouvent que l’on montrait des criminels dans une « cage » en Angleterre au 18e siècle, on aura beau « juxtaposer » ces « résultats » de toutes les manières que l’on voudra, ça ne nous donnera jamais la preuve que la dépouille de Marie-Josephte Corriveau a été exposée dans l’objet que la SHRL dit avoir trouvé par hasard dans Internet.

Pour terminer, je me permettrais de vous prier, monsieur le directeur général, de bien vouloir me dire ce que vous pensez des déclarations de mesdames Toupin et Ferland, membres du « comité scientifique » susmentionné, déclarations que vous avez lu lire ci-haut. J’aimerais aussi savoir si vous arrivez à concilier les déclarations de mesdames Toupin et Ferland concernant l’authenticité de la « cage » expertisée sous l’oeil des Musées de la civilisation et de la Société d’histoire régionale de Lévis (SHRL), et l’avis définitif des Musées de la civilisation et de la SHRL concernant la même question, deux déclarations et un avis qui se contredisent et qui ne peuvent pas coexister harmonieusement. Enfin, puisqu’il y a deux membres du « comité scientifique » (mesdames Toupin et Ferland) qui ne sont pas d’accord avec les autres membres ou une partie des autres membres du « comité scientifique », pourriez-vous me dire, monsieur la Roche, si les Québécoises et les Québécois ont raison de penser qu’il suffisait que la moitié plus un des membres du comité déclarent le contraire de mesdames Toupin et Ferland pour que les Musées de la civilisation et la Société d’histoire régionale de Lévis fassent savoir à la population, par une déclaration solennelle et publique, que la « cage » trouvée par hasard dans le Web par la Société d’histoire régionale de Lévis est incontestablement la structure qui a servi à exposer la dépouille de Marie-Josephte Corriveau?

J’ajouterais d’autres questions, si vous me le permettez, monsieur La Roche.

Est-il exact que le « comité scientifique » comptait neuf membres et que la majorité d’entre eux (cinq sur neuf) appartenaient (ils appartiennent toujours) à la Société d’histoire régionale de Lévis? N’est-il pas vrai que la Société d’histoire régionale de Lévis a affirmé publiquement plusieurs fois, par l’entremise de madame Claudia Mendez Ishii et de monsieur Claude Genest, entre autres, qu’elle avait trouvé par hasard une « cage » et que cette cage était incontestablement celle qui a été utilisée pour exposer la dépouille de Marie-Josephte Corriveau? N’est-il pas vrai que la Société d’histoire régionale de Lévis a fait cette affirmation à plusieurs reprises avant même d’avoir vu la « cage » dans le lieu où elle était conservée, avant que des experts aient vu la « cage », avant que des experts aient examiné, ne serait-ce qu’un tout petit peu, la « cage »? Les Québécoises et les Québécois auraient-ils tort d’être convaincus que la Société d’histoire régionale de Lévis a montré qu’elle manquait gravement de rigueur intellectuelle en proclamant qu’un objet qu’elle n’avait pas vu de ses yeux et qu’aucun expert n’avait expertisé était incontestablement la structure dans laquelle la dépouille de Marie-Josephte Corriveau a été montrée à la population? Les Québécoises et les Québécois auraient-ils tort de dire aux Musées de la civilisation qu’ils ont commis une grave faute, impossible à expliquer, en formant un comité dit scientifique dont plus de la moitié des membres appartenaient (et appartiennent toujours) à une organisation qui a montré ignorer complètement ce qu’est la rigueur?

Je suis sûr, monsieur le directeur général, que vous aurez à coeur de répondre à chacune des questions qui vous sont posées dans la présente.

Je vous prie de croire, monsieur le directeur général, à mes sentiments les meilleurs.

Roger Martel, citoyen de Lévis depuis 1978, membre de la Société des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec (OTTIAQ) de 1981 à 2007, membre fondateur de la Société québécoise d’histoire de la pharmacie, membre de plusieurs sociétés d’histoire, principal artisan de la publication de huit numéros de la revue trimestrielle de la Société d’histoire régionale de Lévis, metteur en page bénévole du journal de l’école primaire Saint-Dominique de Lévis de 1986 à 1998 en qualité de père d’élèves d’abord, puis de parent d’anciens élèves.

CE COURRIEL ET LA RÉPONSE DE SON DESTINATAIRE SERONT PUBLIÉS AU LEPASSEURDELACOTE.COM.

Affaire de la cage de la Corriveau : un danger pour les sociétés d’histoire du Québec.

Lévis, le 17 novembre 2015

Monsieur Michel L’Hébreux, président

Société d’histoire de Saint-Romuald, Lévis

Monsieur,

À Lévis, à Québec et probablement ailleurs, une controverse touche un objet que la Société d’histoire régionale de Lévis (SHRL) a affirmé et affirme toujours être la structure métallique ayant servi à montrer à la population la dépouille de Marie-Josephte Corriveau, pendue en 1763 après avoir été jugée coupable d’un meurtre. Je rappelle que la SHRL a fait cette affirmation dès qu’elle en a vu l’image de l’objet dans le Web (c’est elle qui l’a dit), qu’elle a fait cette affirmation avant même d’avoir constaté de visu l’existence de l’objet, avant même d’avoir examiné l’objet le moindrement, et sans penser, de toute évidence, à demander à des experts d’essayer de découvrir si l’objet en question était bien celui qui a reçu la dépouille de Madame Corriveau. Avouez que cette façon de faire de la SHRL a de quoi soulever des questions et… une controverse.

Je rappelle un autre fait dont personne ne peut nier la véracité : en octobre 2013, les Musées de la civilisation à Québec, dirigés alors par M. Michel Côté, ont autorisé la SHRL à utiliser l’un de leurs lieux pour présenter l’objet (la « cage de la Corriveau ») et affirmer catégoriquement que cette « cage » était celle dans laquelle la dépouille de Madame Corriveau a été montrée à la population. Avouez que cette façon de faire de la SHRL et des Musées de la civilisation (les Musées allaient plus tard charger un comité, créé par eux, d’expertiser la cage et d’essayer de déterminer si cette dernière était la structure ayant reçu la dépouille de Madame Corriveau) a de quoi soulever des questions et… une controverse.

Le 9 novembre 2015, dans un communiqué, les Musées de la civilisation et la SHRL ont déclaré ceci : « La célèbre cage de la Corriveau intégrera la collection nationale sous la responsabilité des Musées de la civilisation. C’est ce qu’a annoncé ce matin, le directeur général de l’institution muséale, M. Stéphan La Roche, accompagné du président de la Société d’histoire régionale de Lévis, M. Vincent Couture et du maire de Lévis, M. Gilles Lehouillier. Les résultats de l’expertise, juxtaposés les uns aux autres, ont en effet tous convergé vers son authentification. » Authentifier, lit-on dans le Trésor de la langue française informatisé, c’est « Déclarer, reconnaître l’auteur ou l’origine de quelque chose » (le TLFI donne cet exemple de l’emploi du verbe : « Il a authentifié ce Géricault : il a prouvé que cette toile était due au pinceau du maître »). Pour être encore plus clair, j’ajoute deux choses : a) un dictionnaire Larousse en ligne définit ainsi le mot authenticité : « Caractère de ce qui est authentique, exact : L’authenticité d’une nouvelle »; b) le même dictionnaire donne la définition suivante du mot authentique : « Dont l’exactitude, la vérité ne peut être contestée : Histoire authentique » (http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/authentique/6561?q=authentique#6538). Or : 1) le 14 novembre 2015, à Québec, dans les voûtes de la Maison historique Chevalier où la « cage de la Corriveau » était exposée, un guide des Musées a répondu non quand je lui ai demandé si les Musées avaient la certitude que l’objet présenté par la SHRL est celui dans laquelle la dépouille de Madame Corriveau a été montrée à la population (la Maison historique Chevalier est un élément des Musées de la civilisation); 2) le 11 novembre 2015, dans une salle de spectacle de Lévis, LAnglicane, les Musées de la civilisation et la SHRL ont permis aux quatre personnes suivantes de prendre la parole devant des citoyennes et des citoyens : Madame Claudia Mendez Ishii, ancienne vice-présidente de la SHRL, M. Clément Samson, membre du conseil d’administration de la SHRL, M. Jérôme Morissette, restaurateur d’oeuvres d’art spécialisé en métaux, et Madame Sylvie Toupin, conservatrice à l’emploi des Musées de la civilisation. Cette dernière a affirmé que les Musées n’ont pas la certitude que l’objet présenté par la SHRL est celui dans lequel la dépouille de Madame Corriveau a été montrée à la population (Madame Toupin répondait à l’une de mes questions). Le bafouillage des Musées, leurs propos incohérents ont de quoi soulever des questions et… une controverse.

L’affaire de la « cage de la Corriveau » risque de diminuer la confiance et la considération dont jouissent les sociétés d’histoire animées par des amateurs d’histoire bénévoles, des sociétés d’histoire qui pourraient voir la population refuser que leur administration municipale les subventionne. Des sociétés comme la vôtre. C’est pourquoi j’aimerais que vous demandiez au conseil d’administration de votre Société de prendre une décision concernant la possibilité que la Société d’histoire de Saint-Romuald intervienne dans le débat, prenne position au sujet de la controverse.

Je vous prie, Monsieur, d’agréer l’expression de mes sentiments les meilleurs.

Roger Martel, citoyen de Lévis, membre de la Société d’histoire de Saint-Romuald.

Ce courriel et votre réponse seront publiés au lepasseurdelacote.com.

Ce courriel sera transmis à beaucoup de personnes et organisations.

Que dit la conservatrice Sylvie Toupin dans le Web en novembre 2015?

Parlant de la « cage de la Corriveau », Madame Toupin dit : « y a rien qui prouve que ce ne l’est pas » (rien ne prouve que ce n’est pas la structure ayant reçu la dépouille de Madame Corriveau). Dans le Web, comme à l’Anglicane le 11 novembre 2015, Madame Toupin est incapable de dire que l’objet présenté par la SHRL est la structure utilisée pour montrer à la population la dépouille de Madame Corriveau. (https://www.youtube.com/watch?v=KoBvLt3ESZE vu le 16 nov. 2015)

Qu’a dit la conservatrice Sylvie Toupin à Radio-Canada en novembre 2015?

Elle a dit : « Les expertises qu’on a menées convergent. C’est la juxtaposition et le croisement des informations qui nous permettent d’en arriver à la conclusion que ce serait effectivement le gibet qui aurait servi à exposer Marie-Josephte Corriveau. » (http://ici.radio-canada.ca/regions/quebec/2015/11/09/006-expertise-cage-corriveau-authentification-musee-civilisation.shtml) L’emploi de ce serait au lieu de est ne laisse aucun doute : les résultats des expertises ne permettent pas aux Musées de la civilisation d’être certains que l’objet présenté par la SHRL est celui qui a reçu la dépouille de Madame Corriveau.

Quelles sont les paroles de l’historienne Catherine Ferland rapportées par Radio-Canada le 16 novembre 2015?

Voici ces paroles : « Quand on est capable de retracer le cheminement très précis d’un objet, par exemple par les articles de journaux, par les documents historiques, on se rend compte que dans le cas de la cage de la Corriveau, on est capable de faire ce tracé très facilement. […] Ça nous a permis de dire, oui, d’un point de vue historique, c’est très, très plausible et même presque certain que c’est bien la cage ». (http://ici.radio-canada.ca/regions/quebec/2015/11/09/006-expertise-cage-corriveau-authentification-musee-civilisation.shtml) Plausible, Presque certain, a dit Madame Ferland. Elle n’a pas dit certain.

LE BAFOUILLAGE DES MUSÉES, LEURS PROPOS INCOHÉRENTS

ONT DE QUOI SOULEVER DES QUESTIONS ET… UNE CONTROVERSE.

_________________

Le ce serait de la conservatrice Sylvie Toupin : « C’est la juxtaposition et le croisement des informations qui nous permettent d’en arriver à la conclusion que ce serait effectivement le gibet qui aurait servi à exposer Marie-Josephte Corriveau. »

Corriveau expertises concluantes c Ferland  2

Le ce serait de l’historienne Catherine Ferland : Corriveau expertises concluantes TOUPIN - V 2

Il faudra bien que je parle bientôt des déclarations incohérentes de la Société d’histoire régionale de Lévis.

Roger Martel, le Passeur de la Côte, citoyen de Lévis

Cage de la Corriveau : Que le directeur général des Musées de la civilisation corrrigent les médias qui trompent leurs lecteurs.

COURRIEL ENVOYÉ LE 30 OCTOBRE 2015 À M. STÉPHAN LA ROCHE, DIRECTEUR GÉNÉRAL DES MUSÉES DE LA CIVILISATION À QUÉBEC.

————————————-

Lévis, le 30 octobre 2015

Monsieur Stéphan La Roche

Musées de la civilisation

Québec

Monsieur,

Le document que les Musées de la civilisation ont diffusé le 26 octobre 2015 et que Le Devoir a reproduit en partie dans son édition du 27 octobre 2015 (page B8) a été mal compris par Le Devoir, par Le Soleil et, peut-être, par d’autres médias.

Dans Le Soleil, quotidien de Québec, un journaliste non identifié a écrit: « La cage de fer confiée il y a deux ans à l’expertise des Musées de la civilisation et de la Société d’histoire régionale de Lévis est bel et bien celle ayant servi à exhiber le corps de Marie-Josephte Corriveau en 1763 » (édition du 28 octobre 2015, page 36). Le Devoir, quotidien de Montréal, a titré : « La célèbre cage de fer de la Corriveau est bel et bien authentifiée » (édition du 27 octobre 2015, une).

Dans leur document susmentionné, les Musées font plutôt savoir qu’ils n’ont pas la certitude que la « cage », après le « long et rigoureux processus de recherche » auquel ils l’ont soumise, est la structure qui a servi à montrer la criminelle à la population en 1763. Permettez-moi de vous rappeler le passage du document des Musées reproduit par les journalistes Isabelle Porter et Dave Noël dans Le Devoir : « Les résultats de ce long et rigoureux processus de recherche convergent tous vers la même conclusion : l’objet en question [la « cage de la Corriveau »] serait bien celui ayant servi à exhiber le corps de Marie-Josephte Corriveau, en 1763 ». Serait, est-il écrit, serait, pas est !

Si j’étais à votre place, Monsieur La Roche, je demanderais immédiatement aux médias qui se sont trompés (et qui ont induit en erreur leurs lecteurs) de publier rapidement un rectificatif.

Veuillez, Monsieur, agréer l’expression de mes sentiments les meilleurs.

Roger Martel, citoyen de Lévis

lepasseurdelacote.com

Ce courriel et votre réponse seront publiés dans l’espace lepasseurdelacote.com.

Le nouveau patron des Musées de la civilisation à Québec et la crédibilité perdue de ces derniers.

Lévis, le 15 octobre 2015

Monsieur Stéphan La Roche, directeur général

Musées de la civilisation à Québec

Québec

Monsieur le directeur général,

Permettez-moi d’abord de vous souhaiter beaucoup de bonheur dans l’accomplissement de vos nouvelles tâches aux Musées de la civilisation à Québec, dont vous venez d’hériter de la direction générale.

Votre prédécesseur, M. Michel Côté, n’a pas été capable, avant la fin de son mandat, de répondre à des questions que je lui avais posées. Puis-je compter sur vous pour obtenir les réponses que je désirais ?

Je vous soumets des extraits du courriel que j’ai envoyé à M. Michel Côté le 28 mai 2015 :

Monsieur le directeur,

Vous allez bientôt quitter votre poste de directeur des Musées de la civilisation de Québec. Avant votre départ, il serait nécessaire que vous tentiez de faire comprendre aux citoyens du Québec certaines choses qui se sont produites sous votre direction.

[En 2013] Les Musées de la civilisation de Québec (MCQ) ont accepté d’être les partenaires de la Société d’histoire régionale de Lévis (SHRL) pour la présentation de deux expositions consacrées à un objet qu’un membre du conseil d’administration de la SHRL avait dit avoir découvert par hasard sur la Toile (il s’agit d’une structure métallique qui serait semblable à celle dans laquelle la criminelle Marie-Josephte Corriveau a été montrée en public en 1763). Pendant ces expositions, la SHRL a véhiculé une information infondée qui a trompé les Lévisiens et qui a été répandue au Québec et ailleurs au Canada. L’affirmation trompeuse que diffuse toujours la SHRL est la suivante: l’objet trouvé sur la Toile par la SHRL est la « cage » ayant servi à montrer Mme Corriveau en public. Après les expositions, les MCQ se sont trouvés à contredire la SHRL en chargeant un comité scientifique d’établir si l’objet trouvé par la SHRL a bel et bien servi à montrer Mme Corriveau en public (les conclusions du comité ne sont pas encore connues). Si les MCQ ont accepté d’aider la SHRL sans savoir quels messages et informations elle allait véhiculer, ils ont commis une faute grave; s’ils ont accepté d’aider la SHRL tout en sachant quels messages et informations elle allait véhiculer, ils ont commis une faute grave. Quelle est votre explication, Monsieur Côté ?

Le 27 novembre 2014, M. Claude Genest, ancien président et membre honoraire de la SHRL, écrivait ceci dans un journal : « La redécouverte de la cage mythique aux États-Unis, son retour sur notre territoire et son exposition est un accomplissement unique. Ce qui s’est passé à l’occasion de la première semaine d’octobre représente une nouvelle page fascinante de l’histoire de Lévis. J’ai apprécié chaque moment de mon expérience. Du dévoilement de l’objet au Musée de la civilisation de Québec, le 1er octobre [2013], jusqu’à la fermeture des portes de l’exposition au Centre de congrès et d’expositions de Lévis, le dimanche 6 octobre à 22 h, je dois avouer que j’ai savouré chacune des secondes. » (Claude Genest, La fin de la légende, Le Journal de Lévis, 27 novembre 2013, p. 24) Les MCQ ont été informés de la publication du texte de M. Genest, qui associe clairement les MCQ à la « cage » qu’il présente comme un artefact dont la nature et l’origine sont connues et incontestables. Comment expliquez-vous, Monsieur Côté, que les MCQ ne se soient jamais objectés publiquement à être associés à l’affirmation infondée de M. Genest et de la SHRL, et aient ainsi risqué d’entacher gravement leur crédibilité ?

S’il est exact [c’est exact] que la cage » a été dévoilée aux MCQ comme l’affirme M. Genest, pourriez-vous dire, Monsieur Côté, s’il est courant que les musées organisent une activité publique pour dévoiler un objet dont ils ne connaissent pas avec certitude la nature et l’origine ? Et les citoyens du Québec n’ont-ils pas raison de craindre qu’il soit exact que l’affirmation infondée de la SHRL ait été véhiculée lors du dévoilement de la « cage », dans l’enceinte des MCQ, censés être un haut lieu de la rigueur intellectuelle ? Que répondez-vous aux citoyens du Québec, Monsieur Côté ?

Il faut aussi parler du comité scientifique formé par les MCQ (comité scientifique est le terme employé par le service des relations de presse des MCQ).

Comme moi, Monsieur le directeur, vous devez penser que science et rigueur intellectuelle vont de pair et que la définition suivante du mot scientifique est correcte : « Qui, dans le domaine de la connaissance, présente les caractères de rigueur, d’exigence, d’objectivité caractéristiques de la science ou des sciences : Une enquête vraiment scientifique » (dictionnaire Larousse en ligne). Sachant cela, n’est-on pas en droit de se demander comment il se fait que les MCQ aient choisi comme membres du comité scientifique Mme Claudia Mendez Ishii, M. Claude Genest et M. Clément Samson (ces deux derniers sont membres du conseil d’administration actuel de la SHRL). La raison de ma demande ? Mme Mendez Ishii, ancienne vice-présidente de la SHRL, et M. Genest, membre honoraire de la SHRL, se sont dérobés aux exigences de rigueur intellectuelle en faisant leur affirmation infondée et l’impartialité de M. Clément Samson peut être mise en doute pour les raisons suivantes : M. Samson est un dirigeant de la SHRL, une organisation qui refuse de se rétracter même s’il lui a été démontré qu’elle a répandu une affirmation infondée, M. Samson n’a jamais contredit publiquement, à ma connaissance, les membres de la SHRL qui soutiennent que l’objet trouvé par la SHRL sur la Toile a bel et bien servi à montrer Marie-Josephte Corriveau en public, enfin, M. Clément Samson a déjà présidé le conseil d’administration de la Caisse Desjardins de Lévis, principal partenaire de la SHRL pour la présentation des deux expositions de cette dernière consacrées à la « cage de la Corriveau ». Selon vous, Monsieur Côté, les MCQ ont-ils eu raison de nommer Mme Mendez Ishii, M. Claude Genest et Maître Clément Samson membres de leur comité scientifique ?

Une autre question importante est soulevée par la nomination de Mme Mendez Ishii et de M. Claude Genest au comité scientifique, et les MCQ auraient pu s’en rendre compte : Mme Mendez Ishii et M. Claude Genest ne sont-ils pas en confit l’intérêts [l’avocat québécois Martin Hovington définit ainsi le conflit d’intérêts : « Situation dans laquelle des personnes en position d’autorité ont un intérêt réel ou potentiel qui pourrait influer ou sembler influer sur l’exécution de leurs tâches ou responsabilités » (https://www.oiq.qc.ca/Documents/DCAP/chroniques_PLAN/ethique_deontologie/Reconnaître%20conflit%20intérêts.pdf)%5D ? Mme Mendez Ishii exerçait à Lévis le métier de guide touristique et était copropriétaire à Lévis d’une entreprise de visites touristiques quand elle a découvert par hasard sur la Toile, a-t-elle dit, l’objet qu’elle a affirmé être la « cage de la Corriveau »; quant à M. Genest, il était, à la même époque, le conjoint de Mme Mendez Ishii. Nul ne niera qu’il serait avantageux pour les guides touristiques que la « cage » américaine soit présentée comme un artefact authentique étant donné qu’elle attirerait des visiteurs à Lévis. (À noter que le conseil d’administration actuel de la SHRL comprend un deuxième guide touristique et que le membre de la SHRL qui s’est rendu aux États-Unis avec Mme Mendez Ishii pour voir l’objet trouvé sur la Toile par cette dernière était la copropriétaire de l’entreprise de visites touristiques susmentionnée, Mme Manon Pelletier). Ne pensez-vous pas, Monsieur Côté, que les MCQ auraient pu éviter d’adjoindre au comité scientifique des personnes en conflit d’intérêts ?

(Le passages entre crochets ont été ajoutés le 13 octobre 2015.)

Si j’affirmais, Monsieur La Roche, que les Musées de la civilisation à Québec ont détruit leur crédibilité en collaborant comme ils l’ont fait à la présentation des deux expositions de la Société d’histoire régionale de Lévis, que répondriez-vous ?

Je vous prie, Monsieur le directeur général, d’agréer l’expression de mes sentiments les meilleurs.

Roger Martel, citoyen de Lévis

  

CE COURRIEL ET LA RÉPONSE DE SON DESTINATAIRE SERONT PUBLIÉS DANS LE BLOGUE LEPASSEURDELACOTE.COM.

IL SERA ENVOYÉ À LA PRÉSIDENTE DU CONSEIL D’ADMINISTRATION DES MUSÉES DE LA CIVILISATION, MADAME MARGARET F. DELISLE.