Valeurs québécoises : Le Tremplin, Centre pour personnes immigrantes et leurs familles, ne respecte pas son engagement.

 

Lévis, le 26 novembre 2019

Monsieur Elhadjid Mamadou Diarra, président, Conseil d’administration

Le Tremplin, Centre pour personnes immigrantes et leurs familles

52, côte du Passage, Lévis (Québec)

Monsieur,

Le Tremplin, Centre pour personnes immigrantes et leurs familles, écrit, dans le procès-verbal de son assemblée générale annuelle tenue le 21 juin 2016, que je lui ai demandé de bien vouloir publier dans son site web la Déclaration sur les valeurs communes de la société québécoise (https://www.immigration-quebec.gouv.qc.ca/publications/fr/dcs/A-0520-VF.pdf); il ajoute ceci : « Ce document sera publié sur notre site web ». Trois ans plus tard, nous sommes en novembre 2019, le document n’a toujours pas été publié, malgré votre engagement, Monsieur Diarra.

Tremplin Valeurs comnunes societe quebecoise_demande de RM - Version 2

Extrait du procès-verbal de l’assemblée générale annuelle tenue le 21 juin 2016 par Le Tremplin, Centre pour personnes immigrantes et leurs familles

Le 20 juin 2019, je vous ai envoyé, à vous et à M. Guillaume Boivin, directeur ou coordonnateur du Tremplin, un document dans lequel je demande de nouveau la publication dans le site web du Tremplin de la Déclaration sur les valeurs communes de la société québécoise, ainsi que celle d’autres documents, dont la Charte des droits et libertés de la personne (http://legisquebec.gouv.qc.ca/fr/showdoc/cs/C-12) et le dépliant Connaître, respecter, partager les valeurs communes de la société québécoise (http://www.immigration-quebec.gouv.qc.ca/publications/fr/valeurs-communes/Depliant-Valeurs-Communes-Fr.pdf). Vous ne m’avez pas répondu.

On peut trouver étrange que vous refusiez, messieurs Diarra et Boivin, de déployer plus de moyens pour aider les immigrés à découvrir quels sont leurs droits et libertés au Canada, à les faire leur, à les intégrer; après tout, la mission du Tremplin consiste principalement, c’est écrit dans son site web, à « Favoriser l’accueil et l’intégration des personnes immigrantes » (http://www.letremplinlevis.com/organisme/mission-et-vision). Il faut aider le mieux possible les immigrés, en particulier ceux qui sont issus de pays très différents du Canada, à découvrir que leur nouveau lieu de vie possède des lois qu’ils doivent respecter comme les autres citoyennes et citoyens, y compris les lois qui contredisent une ou plusieurs de leurs valeurs ou même certains de leurs préceptes religieux. (Je sais : à l’impossible nul n’est tenu : si le Canada recrute des travailleurs dans un pays où sept femmes sur dix sont en faveur de l’excision des fillettes, les Canadiennes et les Canadiens doivent s’attendre à que le nombre des fillettes dont le clitoris sera coupé augmentera près de chez eux. En passant, pourquoi le Tremplin ne mènerait-il pas une campagne permanente de lutte contre la barbare excision, une autre contre la violation de la liberté religieuse, une autre contre… ? Les causes ne manquent pas.)

Je vous demande de respecter votre engagement à publier dans le site web du Tremplin la Déclaration sur les valeurs communes de la société québécoise.

Pourquoi n’avez-vous pas respecter votre engagement à publier dans le site web du Tremplin la Déclaration sur les valeurs communes de la société québécoise?

Bien à vous,

Roger Martel, citoyen de Lévis

Fondements de la société québécoise – Valeurs communes de la société québécoise, selon Immigration Québec (2014)

Source : Immigration Québec – http://www.quebecinterculturel.gouv.qc.ca/fr/valeurs-fondements/index.html vu le 03-09-2104

Le Québec est une société d’expression française, démocratique et riche de sa diversité, basée sur la primauté du droit. L’État québécois et ses institutions sont laïques.

 

Le Québec accueille des personnes immigrantes venues des quatre coins du monde avec leur savoir-faire, leurs compétences, leur langue, leur culture et leur religion. Le Québec offre des services à ces personnes pour faciliter leur intégration et leur pleine participation à la société québécoise.

 

S’intégrer à la société québécoise, c’est être prêt à connaître et à respecter ses valeurs communes. Afin d’accompagner dans cette démarche les personnes nouvellement arrivées, le ministère, en collaboration avec différents organismes, offre la séance d’information Vivre ensemble au Québec. Présentée en français, elle renseigne sur les valeurs communes du Québec et les façons dont elles sont vécues au quotidien.

 

Les principales valeurs qui fondent la société québécoise sont les suivantes :

Parler français, une nécessité

Une société libre et démocratique

Une société riche de sa diversité

Une société reposant sur la primauté du droit

Les pouvoirs politiques et religieux sont séparés

Les femmes et les hommes ont les mêmes droits

L’exercice des droits et libertés de la personne se fait dans le respect de ceux d’autrui et du bien-être général

 

 

L’interculturel

 

La société québécoise, qui vit à l’heure de l’interculturel, profite pleinement de la richesse sociale, politique, culturelle et économique de son ouverture au pluralisme, à la diversité et à la multiplicité des appartenances.

 

Principes d’actions d’un Québec interculturel

 

Un défi collectif

 

Le défi d’une société interculturelle est d’abord un défi collectif : assurer l’harmonie en favorisant le maintien et l’appropriation de valeurs et de principes d’actions qui réunissent l’ensemble des citoyennes et des citoyens. Ce défi se réalise dans le respect des différences personnelles, culturelles et religieuses.

 

Un défi individuel

 

Le Québec interculturel se construit sur des valeurs et des principes d’actions qui fondent la cohésion de la société. Chaque personne a la responsabilité de s’y conformer dans sa vie publique et parfois même privée. Ces valeurs et principes ont pris les formes suivantes :

 

La Charte des droits et libertés de la personne est une loi fondamentale axée sur le respect de la dignité de tout être humain qui affirme et protège, pour toute personne, les libertés et les droits fondamentaux, le droit à l’égalité sans discrimination ainsi que les droits politiques, judiciaires, économiques et sociaux.

 

La Charte de la langue française permet au peuple québécois d’exprimer son identité en faisant du français la langue du gouvernement et des textes de loi aussi bien que la langue normale et habituelle du travail, de l’enseignement, des communications, du commerce et des affaires.

 

Le Code civil, de tradition française, régit les personnes, les rapports entre les personnes ainsi que les biens. Le code est constitué d’un ensemble de règles qui établit le droit commun. Il exprime en termes formels : l’inviolabilité et l’intégrité de la personne, les droits des enfants, la direction morale et matérielle conjointe de la famille et de l’autorité parentale, etc.

 

Le Code criminel, de tradition britannique, est la loi de juridiction fédérale qui codifie l’ensemble des sanctions pénales imposées en vertu de l’autorité souveraine de l’État pour les infractions criminelles en matière pénale : agressions sexuelles, meurtres, vols, propagande haineuse, etc.

 

L’Énoncé de politique en matière d’immigration et d’intégration stipule que les institutions publiques, parapubliques et privées doivent s’ajuster à la réalité pluraliste afin de soutenir les immigrants et leurs descendants dans leurs démarches d’intégration. L’énoncé propose également un « contrat moral » qui définit le Québec comme une société d’accueil démocratique, d’expression française et pluraliste où toutes les Québécoises et tous les Québécois, qu’ils soient natifs ou immigrés, ont le droit de choisir librement leur style de vie, leurs valeurs, leurs opinions et leur religion, mais sont aussi tenus de respecter toutes les lois, même si elles sont incompatibles avec leur religion ou leurs valeurs personnelles.

 

La Déclaration du gouvernement du Québec sur les relations interethniques et interraciales condamne sans appel le racisme et la discrimination raciale sous toutes leurs formes. Elle engage tous les ministères et organismes à se conformer aux exigences de la Charte des droits et libertés de la personne.

 

La Loi sur l’accès à l’égalité en emploi dans des organismes publics institue un cadre juridique afin de favoriser l’accès à l’emploi pour les femmes, les autochtones, les personnes faisant partie d’une minorité visible et les personnes dont la langue maternelle n’est ni le français ni l’anglais et qui font partie d’un groupe autre que celui des autochtones et celui des personnes faisant partie d’une minorité visible.

 

Le Québec est une société de droit. Il s’est doté d’un cadre dans lequel s’exerce l’interculturel sur son territoire au regard de la conduite des personnes, des groupes et des gouvernements, de leurs rapports entre eux, de leurs devoirs et de leurs droits.

 

…………………………………….