L’islam n’interdit pas aux enseignantes musulmanes de ne pas porter leur voile au travail.

L’islam n’interdit pas aux enseignantes musulmanes de ne pas porter leur voile au travail

Les femmes et les hommes politiques en campagne électorale qui vitupèrent ces semaines-ci la Loi sur la laïcité du Québec modifieraient leur discours s’ils connaissaient mieux l’islam (et ne craignaient pas de perdre l’appui d’électeurs). Honnêtes, ils demanderaient aux enseignantes musulmanes québécoises d’accepter de bon cœur de ne pas porter leur voile islamique en classe. Pourquoi? Parce qu’ils sauraient que les musulmans obtiennent l’approbation de leur conscience pour mettre en oeuvre des solutions ou pour conclure des accommodements dans des situations plus difficiles pour eux que celle que la Loi sur la laïcité crée pour des enseignantes musulmanes. Exemple :

Il existe en islam des obligations fondamentales (fondamentales!) appelées piliers : la récitation des cinq prières quotidiennes imposées par le Coran en est une. Chaque prière doit obligatoirement être dite à une heure déterminée de la journée ou de la nuit; c’est le Coran, donc la parole de Dieu selon les musulmans, qui l’exige. Bien des musulmans des deux sexes ne tiennent pas compte de l’horaire des prières; ils ne s’y soumettent pas parce que leur métier les astreint à un emploi du temps contraignant, par exemple; certains disent toutes les prières avant d’aller travailler, un accommodement généralement bien accepté dans leur milieu, par leurs coreligionnaires. Comme le port du voile islamique n’est pas une obligation fondamentale (des penseurs musulmans soutiennent que ce n’est même pas une obligation secondaire), il est incompréhensible que des musulmans s’opposent à l’obligation faite aux enseignantes musulmanes (seulement à celles qui ne travaillaient pas dans une école publique avant l’adoption de la Loi sur la laïcité) de ne pas porter leur voile au travail, seulement, seulement pendant leurs heures de travail. Si l’islam trouve acceptable que des musulmans « contournent » l’obligation fondamentale du Coran concernant les cinq prières quotidiennes, il ne saurait reprocher aux enseignantes musulmanes de travailler à l’école publique sans porter un vêtement dont le port n’est pas une obligation fondamentale, n’est même pas jugé obligatoire par une partie du monde musulman.

Roger Martel, citoyen de Lévis